Veille : Médiation culturelle à l’ère numérique

Ce billet vise à mettre en valeur la compilation de références et de résumés en fonction d’un thème précis la médiation numérique du patrimoine. Ces texte servent par la suite à comparer les différentes perspectives théoriques par lesquelles la médiation est abordée et les lacunes existantes. Elle pose la base de l’état de l’art sur la médiation pour ma thèse.

Cette veille est réalisé sur le moteur de recherche Google scholar en lançant la requête « médiation culturelle ». Elle se limite à des communications scientifiques uniquement en langue française publiées principalement dans les dix dernières années. Elle inclut les textes faisant référence aux nouvelles technologies, au numérique, au web, à l’informatique, les plateformes, les réseaux sociaux…

La veille est organisée par dates, du plus récent au plus ancien. Ce billet reprend la référence bibliographique donnée de l’article par le portail qui le diffuse, son résumé et des mots clés. Les résumés sont annotés selon notre code couleur et sa pertinence pour ma thèse.

Légende :

  • Code couleur
    • Texte important
    • Concepts
    • définitions
    • À citer
    • À lire en premier.
  • Symboles
    • aucun symbole : pas d’importance directe pour mon sujet de recherche.
    • + : intéressant
    • ++ : partiellement utile
    • +++ : directement lié à mon sujet, à citer.
    • √ déjà lu.

2020-2018

Pagès, D. (2020). La démocratisation culturelle et les promesses des médiations culturelles numériques : mirage ou tournant ?. Quaderni, 99-100(1), 97-112. https://www-cairn-info.acces.bibl.ulaval.ca/revue-quaderni-2020-1-page-97.htm.

Depuis plus de vingt ans, la diversification et la redéfinition des médiations culturelles sont énoncées comme des réponses à la critique portée à l’entreprise de démocratisation de la culture. Cet article se focalise plus particulièrement sur les médiations culturelles numériques et sur les promesses qui accompagnent leur déploiement comme l’une des « solutions » à la supposée inadéquation entre les moyens et les fins de la démocratisation de la culture. Au fil de l’étude d’un échantillon de dispositifs et d’une relecture de textes de chercheurs, il questionne le contexte d’émergence de ces médiations, les discours évangélisateurs qui les portent et les expériences données à vivre, relançant une critique de la culture numérique, notamment dans les pratiques muséales.

pratiques numériques de médiation, analyse de dispositifs, optimisme numérique

Claire Scopsi et al. (2013-?) Passerelle de mémoires : Enjeux et méthodes des collectes de mémoires à l’ère numérique [Carnet de recherche en ligne]

Ce carnet de recherche est lié au projet Passerelle de Mémoires dont l’objectif est d’élaborer une plateforme de formation en ligne destinée aux porteurs de projets de collectes de mémoires. L’objectif du projet est de questionner, dans une approche multi-disciplinaire les méthodes d’entretien, de traitement documentaire et de valorisation des témoignages réalisés à l’aide des technologies numériques.
Ce carnet de recherche rend compte de l’avancement du projet ainsi que des débats et réflexions échangés au cours des ateliers et manifestations scientifiques menés en marge du projet par les partenaires. Il suit l’actualité du domaine.

traitement de données, méthodes entretien, technologies numériques

Matthieu Demory, Sylvia Girel. Accessibilités, usages et appropriations des technologies numériques. Un processus de démocratisation limité, des médiations impensées. Médiations et médiatisations – Revue internationale sur le numérique en éducation et communication, Université TÉLUQ, 2019. ⟨halshs-02371763⟩

Le contexte contemporain de diffusion des technologies numériques, soutenu par les diverses politiques publiques menées en France depuis 1967, permet d’interroger les usages effectifs et formes d’appropriation de ces outils techniques. Pour comprendre les mutations sociales en cours, cet article met à l’épreuve un modèle d’analyse processuel constitué par Serge Proulx (2001), en proposant de revenir sur la construction des rapports aux technologies numériques par : l’accessibilité de ces outils, les usages qui en sont faits et les appropriations opérées par les utilisateurs. Les analyses présentées, à partir d’études de cas empiriques, permettent finalement de porter un regard critique sur la réalité observée et sur les « effets » produits par les nouvelles technologies numériques, notamment par l’intermédiaire de dispositifs publics démocratiques insuffisants et des formes de médiation limitées

Mots-clés:accessibilités, usages, appropriations, démocratisation, médiation

+++

Camille Jutant : Vouloir faire participer les publics à tout prix, n’est-ce pas un peu louche ? (juin-2019). Consulté 27 avril 2020, à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=UsJcLrSM4L0

Etre public emacipé c’est aussi être public passif.

Karel Soumagnac, Jessica de Bideran, Camille Capelle, Anne Lehmans et al. (2016-2018) Patrinum Recherche-Action

Site web de Patrinum Recherche-Action : http://patrinum.inspe-bordeaux.fr/
https://www.youtube.com/watch?v=IzIWDrvAJNU

Méthode : T1) Analyse de l’existant, T2) Analyse in situ des pratiques dans des classes à travers des regards des enseignants, T3) Développement de ressources et de projets nouveaux, production par les étudiants de ressources didactiques autour des applications. 4) Synthèse et valorisation. Ils font aussi des test avec des narrations transmédiatiques. http://patrinum.inspe-bordeaux.fr/la-mediation-numerique-du-patrimoine-dans-le-cadre-de-leac-retours-sur-le-stage-ptrinum/

Contreplan : +10 ans pour numériser le patrimoine, valorisé pour des activités éducative. Systèmes documentaires pour les interroger. Rendre interopérable gissement de ressources. éducation nationale appropriation des ressources, enseignement disciplinaire, des créer des nouveaux savoirs avec ces ressources. Retour critique sur les expérimentations. Elles proposent directement à des étudiants et ils les évaluent. On ne connait pas la diffusion scientifique de ces étudiants.

Rasse, P. (2018). La médiation aux temps de l’hypermodernité. Hermès, La Revue, (1), 142-148.

https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2018-1-page-142.htm

Que la médiation intervienne dans le champ des conflits juridiques, dans celui de l’éducation et de l’enseignement, dans les quartiers en déshérence, ou encore dans les musées en pleine effervescence, elle est caractéristique de l’hypermodernité aux abois, en quête de solutions pour raccommoder un tissu social abimé. Le projet de médiation souffre de son succès ; au fil des années, il est devenu un concept flou, mêlant aspirations philosophico-politiques et quête de méthodologies efficaces. Aussi, nous commencerons par un travail de redéfinition nominale, avant d’envisager quelques-uns des grands débats que suscite la médiation, notamment dans ses substitutions technologiques. Enfin, nous nous intéresserons plus particulièrement au projet qu’elle dessine dans le champ de la culture et de l’art ; là, nous prendrons le temps de réfléchir sur les méthodes et les enjeux qu’elle recouvre.

médiation, communication, culture, musée, virtualisation

++

Pecolo Agnès, « Jeune public » Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. Mis en ligne le 20 septembre 2015. Dernière modification le 05 mars 2020. Accès : http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/jeune-public

Dans cette notice, le propos est réduit au champ médiatique, lui même déjà trop large en ce qu’il demanderait nuances et précisions par famille de médias (audiovisuels, sonores, scripto-iconiques, numériques – fréquentés par les jeunes ou/et destinés aux jeunes), voire par média. Le « jeune » public appelle immédiatement attention particulière et circonspection a priori car un « petit » public médiatique engage, d’une part, une population que l’on souhaite entourer et, d’autre part, une traditionnelle méfiance à l’égard des médias. Cette double défiance conduit à considérer les conceptions éducatives et médiatiques sous-jacentes à toute appréhension des publics jeunes dans le cadre médiatique. Le prisme de l’âge éclaire on ne peut mieux l’interdépendance fondamentale entre les statuts et représentations des médias et ceux de leurs publics dans la société. Le vocable générique « jeune public » (ou public jeune), mériterait d’être systématiquement précisé (quel cycle de vie exactement, quelle catégorie sociale d’âge strictement), ce qui ne sera pas fait ici. Nous l’utiliserons souvent pour signifier simplement et a minima un public qui n’est pas considéré comme adulte, sachant qu’il n’est pas le propos bien sûr de débattre des contours de l’adultéité.

Jeune public, édification, médias, segmentation des publics

++ √

Karel Soumagnac, Jessica de Bideran, Camille Capelle, Anne Lehmans. Rapport Final P@trinum Programme de recherche Rapport remis à la DRAC Nouvelle-Aquitaine. [Rapport de recherche] ESPEAquitaine. 2018. ￿hal-02490527￿

Rapport Final P@trinum Programme de recherche Rapport remis à la DRAC Nouvelle-Aquitaine – document

Le travail mené par l’équipe de recherche sollicitée par la DRAC Nouvelle-Aquitaine et la DAAC du Rectorat de l’Académie de Bordeaux a eu pour objectif d’appréhender la mise en place progressive d’un écosystème de médiation (réunissant des acteurs et des dispositifs techniques) permettant de valoriser le patrimoine aquitain. Il a débouché sur une réflexion alliant la prise en considération des acteurs, lieux, infrastructures culturelles et éducatives et leurs pratiques organisationnelles et intellectuelles

ressources numériques, médiation numérique, pratique de médiation, scénarios

+++

2017-2015

Severo M. (2017) «Participez en ligne ! État des lieux de la gestion collaborative du patrimoine sur le web », Journées professionnelles « Participer / Participez » organisées par le Ministère de la Culture, Octobre, Paris.

A l’heure où le recours au numérique ne cesse de se développer, les projets participatifs se multiplient, notamment dans le domaine culturel et patrimonial. Or, pour les patrimoines particulièrement, la participation des publics n’est pas apparue avec le seul essor des outils numériques mais a toujours été l’un des enjeux de la démocratisation culturelle. Les pratiques collaboratives d’aujourd’hui poursuivent avec de nouveaux outils les mêmes objectifs. Elles contribuent à l’identification, à l’enrichissement, à la connaissance et à l’appropriation du patrimoine culturel.

Ces journées professionnelles seront l’occasion de faire un bilan des opérations réalisées par les institutions patrimoniales et les différents acteurs impliqués, d’en analyser les résultats afin de mieux envisager les perspectives ouvertes par ces nouveaux outils. Elles pourront s’appuyer sur des retours d’expérience ainsi que sur les résultats de récents travaux de recherche. Ces regards croisés entre professionnels et chercheurs permettront d’aborder les questions suivantes : l’histoire de la participation dans le domaine patrimonial, les différents modes et modalités de la participation aujourd’hui, l’ingénierie des dispositifs participatifs, et, en conclusion, une réflexion critique et prospective dessinant les orientations et les modalités du participatif de demain.

Une journée d’étude « Patrimoine en partage », organisée le 4 octobre par le Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (IIAC – CNRS/EHESS), en collaboration avec la direction générale des Patrimoines et l’Institut national du patrimoine, est proposée en prélude aux journées professionnelles du DPRPS. 

Liens intérréssant : http://wikipatrimoine.parisnanterre.fr/

Musiani, Francesca et Schafer, Valérie, 2017, « Patrimoine et patrimonialisation numériques », RESET, n° 6, [en ligne] http://reset.revues.org/803

La définition du « patrimoine numérique » promue par l’Unesco dans sa Charte sur la conservation du patrimoine numérique (2003), en désignant aussi bien le patrimoine numérisé que des ressources « d’origine numérique » (« qui existent uniquement sous leur forme numérique initiale »), implique de penser le patrimoine numérique tant dans la continuité et la durée que dans la rupture. Elle invite en effet à saisir en quoi le numérique peut faire patrimoine, mais aussi la manière dont le patrimoine est saisi par le numérique, et à prolonger des réflexions en sciences sociales portant sur la « question patrimoniale » (Amougou, 2004) et sur ce que constituent aujourd’hui la notion de patrimoine elle-même et sa « réinvention » (Bourdin, 1984).
Que nous apprennent ces récentes évolutions sur le rapport de nos sociétés à leur patrimoine et au numérique ? Que se passe-t-il quand on ne se contente plus de « numériser » la culture mais qu’elle est « d’emblée numérique » ? Quelles sont les conséquences sur le patrimoine et sur ses usages – sociaux, culturels, politiques, économiques et scientifiques ? Ce numéro présente six articles articulant plusieurs échelles et espaces : mémoire familiale, mémoire collective, micro-histoire, histoire de la Grande guerre, patrimoine scientifique et technique, enjeux mémoriels rattachés à l’histoire de la migration, tensions entre droit à l’oubli et droit à la mémoire, droit d’auteur et enjeux (géo)politiques associés. Au travers de ces contributions, le dossier souhaite éclairer la diversité des politiques de construction, de gestion et de développement du patrimoine numérique, ainsi que quelques acteurs et enjeux des processus de patrimonialisation (Davallon, 2006).

+++

Natale, Enrico, 2017, « Les médiations numériques du patrimoine : le cas du centenaire de la première guerre mondiale », RESET, n° 6, [en ligne] http://reset.revues.org/787

Basé sur un corpus de 145 sites web consacrés au Centenaire de la Première Guerre mondiale, cette contribution analyse le rôle des médias numériques dans la reconfiguration des modes de constitution et de transmission du patrimoine. L’article définit les notions de patrimoine et de commémoration au sein du cadre de recherche, propose une analyse du corpus basée sur les producteurs de sites et identifie quelques caractéristiques de la mise en valeur du patrimoine sur les réseaux numériques.

Quant à la question de savoir comment Internet participe à ce mouvement, il est difficile d’y répondre à ce stade. Si certains éléments émergent, comme la constitution de collections collaboratives, la multiplication des perspectives transnationales ou la répartition internationale des sites web, d’autres études seraient nécessaires, notamment sur la provenance et la nature des publics.

(…)

Le devenir du patrimoine se joue également sur les réseaux numériques, et les recherches à venir devront désormais prendre en compte l’espace du Web et son empreinte sur les processus de patrimonialisation.

Conclusion

patrimoine, Commémoration, Grande Guerre, Première Guerre mondiale, WW1, Centenaire, Patrimoine numérique, étude empirique

++

Fannie Valois-Nadeau, « Rethinking heritagization through the digitization of familial archives », RESET [En ligne], 6 | 2017, URL : http://journals.openedition.org/reset/773; DOI: https://doi.org/10.4000/reset.773

Cet article interroge le processus de patrimonialisation qui advient à travers la création du site Internet consacré à Léo Gravelle, ancien joueur de l’équipe de hockey professionnel Canadien de Montréal. Ce site Internet, créé par un des fils de Léo Gravelle, est devenu un lieu alternatif pour faire circuler et rendre accessible le récit de sa carrière de hockeyeur professionnel, et ce par la diffusion de ses photos personnelles, de coupures de journaux et autres souvenirs personnels. En accordant une grande visibilité au passé de Léo, en facilitant un accès public à ses archives personnelles et en assurant leur préservation future, la création de ce site Internet met en lumière des pratiques de patrimonialisation réalisées à petite échelle, au croisement de pratiques issues du patrimoine non-officiel, numérique et familial. Tiré d’une analyse du site Internet et d’une entrevue réalisée avec les Gravelle, cet article explore comment le processus de patrimonialisation s’est constitué – et transformé – par les possibilités fournies par les technologies numériques, de même que par les liens familiaux qui sont au cœur du projet. L’analyse des pratiques de patrimonialisation numérique initiées par les membres d’une même famille et survenant au sein du milieu du sport-spectacle et dans une culture de consommation, permet alors d’ouvrir et de défier les façons dont le patrimoine est compris et établi.

Patrimonialisation, archives familiales, préservation, hockey sur glace, Canadien de Montréal, analyse médiatique

+

Anne Lehmans. Politiques de numérisation du patrimoine littéraire et éducation : enjeux, tensions et dynamiques à partir de l’exemple aquitain. Séminaire « Etude comparée de la littérature patrimoniale en France et au Japon, Oct 2016, Kagoshima, Japon. ⟨hal-01852302v2⟩

A partir d’un projet de recherche P@trinum sur la numérisation du patrimoine en éducation, le site « Mauriac en ligne » est analysé comme un exemple caractéristique des enjeux, des tensions et des dynamiques des politiques de numérisation du patrimoine littéraire en France. http://mauriac-en-ligne.u-bordeaux-montaigne.fr/

Diane Dufort. Outils sémantiques d’aide à la conception de jeux pervasifs pour la médiation culturelle. Sciences de l’information et de la communication. Université de Franche-Comté, 2016. Français. ⟨NNT : 2016BESA1020⟩. ⟨tel-01538605⟩

L’évolution et la large diffusion des technologies mobiles a entrainé l‘émergence de nouveaux types de divertissements donc les jeux pervasifs, qui exploitent les technologies de l’informatique pervasive pour étendre et brouiller les frontières spatiales, temporelles et sociales traditionnellement dévolues au jeu. Dans le domaine culturel institutionnel, les jeux pervasifs ont un fort potentiel en tant que dispositifs de médiation par leur capacité à susciter l’intérêt auprès des jeunes publics et à leurs caractéristiques intrinsèques telles que le flow et l’immersion.{pas tous les jeux générent ça, il s’agit d’une certaine qualité de jeu} Or, la conception de jeux pervasifs pour la médiation culturelle (ou Jeux Pervasifs Culturels) pose des difficultés relatives à leur nature de dispositif pervasif et de support de médiation culturelle et d’un manque d’outils conceptuels présentant un vocabulaire unifié, précis et structuré de description des jeux sans lequel il est difficile de comprendre précisément et de décrire ce qu’est le jeu pervasif ou d’appréhender les possibilités offertes par ce genre. Ces constats nous ont amené à exploiter les outils et technologies du Web sémantique (e.g. RDF – Resource Description Framework pour la description de ressources, OWL – Web Ontology Language pour la définition d’ontologies qui constituent un vocabulaire précis, structuré et partagé d’un domaine précis) afin de créer des outils d’aide à la conception. En particulier, nous avons construit l’ontologie ARAI (ARAI Ressource d’Aide à l’Idéation) que nous avons étendue en base de connaissances en y intégrant des instances issues d’un corpus des JPC préalablement construit et analysé.

Jeu pervasif, Médiation culturelle, Modélisation sémantique, Ontologie, Jeux intellectuels — Thèses et écrits académiques, Logiciels ludoéducatifs, Diffusion de la culture, Web sémantique — Innovations technologiques, Ontologies (informatique), Technologies de l’information et de la communication

++

Dalbavie, Juliette et Gellereau, Michèle, 2016, « Faire l’expérience de dispositifs numériques de visite et en suivre l’appropriation publique : vers de nouveaux rapports aux oeuvres et aux lieux de l’expérience ? », Études de communication, n° 46, [en ligne] http://edc.revues.org/6575

La constitution d’une culture numérique dans le domaine des médiations patrimoniales est questionnée à partir de trois recherches-actions sur des dispositifs de médiation numérique. La mise en place d’une démarche de recherche commune et le croisement de nos résultats font apparaître les transformations de deux dimensions essentielles de l’expérience culturelle de la visite : la construction narrative et son appropriation par le visiteur ; l’engagement des corps et l’évolution des rapports aux œuvres et aux lieux. L’expérience culturelle de la visite semble résulter du métissage d’un ensemble de pratiques sociales qui se stabilisent dans des formes d’appropriation publiques des dispositifs.

Mots-clés :médiations patrimoniales, dispositif numérique, expérience culturelle, esthétique du fragment

++

Juliette Dalbavie, Émilie Da Lage et Michèle Gellereau, « Faire l’expérience de dispositifs numériques de visite et en suivre l’appropriation publique : vers de nouveaux rapports aux œuvres et aux lieux de l’expérience ? », Études de communication [En ligne], 46 | 2016, URL : http://journals.openedition.org/edc/6575 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.6575

La constitution d’une culture numérique dans le domaine des médiations patrimoniales est questionnée à partir de trois recherches-actions sur des dispositifs de médiation numérique. La mise en place d’une démarche de recherche commune et le croisement de nos résultats font apparaître les transformations de deux dimensions essentielles de l’expérience culturelle de la visite : la construction narrative et son appropriation par le visiteur ; l’engagement des corps et l’évolution des rapports aux œuvres et aux lieux. L’expérience culturelle de la visite semble résulter du métissage d’un ensemble de pratiques sociales qui se stabilisent dans des formes d’appropriation publiques des dispositifs.

médiations patrimoniales, dispositif numérique, expérience culturelle, engagement

++

Alain LAMBOUX-DURAND (2016) «Enregistrement et diffusion numérique de témoignages. Approche historiographique et exemple en contexte muséal» dans Les cahiers du numérique. Vol.12 n°3 pp.51-73

https://doi.org/10.3166/lcn.12.3.51-73

Cet article aborde de nouvelles pratiques professionnelles autour de la collecte, du traitement et de la valorisation de témoignages sur et avec des objets d’exposition. Le développement de ces pratiques est lié à une évolution conjointe et progressive des techniques, des technologies, des approches scientifiques, des modalités de médiation. L’article s’appuie sur l’expérience scientifique des projets TEMUSE 14 – 45 et TEMICS et aborde la pertinence de la sauvegarde audiovisuelle de témoignages sur des objets manipulés (liés aux deux Guerres mondiales), de la réalisation de vidéogrammes puis celle de dispositifs de médiation mus éale s’appuyant sur ces enregistrements.

pratiques des médiation, documents audiovisuels, guerre, collecte et traitement des données, valorisation, témoignages

+

Martine, T., Cooren, F., Bénel, A., & Zacklad, M. (2016). What Does Really Matter in Technology Adoption and Use? A CCO Approach. Management Communication Quarterly, 30(2), 164–187. https://doi.org/10.1177/0893318915619012

Building on Orlikowski’s reflections on sociomateriality, this article argues that we have to stop separating the material and the social to be able to precisely account for what matters in technology adoption and use, and that one way to do this is to take people’s matters of concern seriously. This means two things: taking into account all the matters of concern that come to express themselves in conversations (whether related to tools, rules, documents, principles, etc.) and not just the people who voice them, and showing how some of these concerns start mattering more than others by connecting with other matters of concern. To demonstrate the theoretical and empirical value of this approach, we analyze two interactional episodes taken from our longitudinal study of the introduction of a wiki at the French National Agency for Radioactive Waste Management.

Keywords technology use in organizations, wiki, communication as constitutive of organizations, sociomateriality, interaction

Juanals, Brigitte et Minel, Jean-Luc, 2016, « Les stratégies institutionnelles des musées dans le web de données ouvert : la construction d’un espace muséal partagé en question », Études de communication, n° 46, [en ligne] http://edc.revues.org/6483

Cet article est centré sur les stratégies institutionnelles et les pratiques de médiation patrimoniale des musées adossées aux agencements socio-techniques du Linked Open Data (LOD). Dans le secteur culturel, les enjeux d’image, de visibilité et de diffusion des objets patrimoniaux posés par la mise en œuvre du web de données ouvert sont mis en évidence. Les modes d’articulation entre les stratégies éditoriales des établissements et la construction des modèles conceptuels et techniques du LOD sont ensuite analysés en faisant apparaître les caractéristiques de la médiation patrimoniale en cours d’émergence. La possibilité d’un espace patrimonial inter-institutionnel est questionnée en regard des pratiques étudiées.

Mots-clés : stratégies institutionnelles, musées ouverts, web de données ouvert, médiation patrimoniale

Eva Sandri. L’imaginaire des dispositifs numériques pour la médiation au musée d’ethnographie. Architecture, aménagement de l’espace. Université d’Avignon, 2016. Français. ⟨NNT : 2016AVIG1165⟩. ⟨tel-01513541⟩

Cette thèse propose d’observer l’imaginaire des dispositifs numériques dans les musées d’ethnographie confrontés à la réalisation de dispositifs numériques pour la médiation tels que les tablettes tactiles ou les navigateurs de réalité augmentée. Ce travail s’intéresse au positionnement des professionnels de musée face à la présence croissante d’outils numériques dans l’espace d’exposition, sous-tendue par un discours promotionnel technophile de la part des sphères journalistique et politique qui décrivent ces technologies comme fortement souhaitables. Une enquête ethnographique réalisée dans deux musées soumis à une injonction technologique (le Museon Arlaten d’Arles et le musée McCord de Montréal) interroge les attentes et les imaginaires qu’ont les professionnels du musée de ces dispositifs. À l’aune du concept de trivialité d’Yves Jeanneret, il s’agit de comparer les discours d’escorte portant sur le numérique avec les discours des professionnels de deux musée d’ethnographie, afin de mettre à jour les modes de circulation de ces discours et les imaginaires qui les fondent. Répondre à ce questionnement a nécessité une démarche en trois temps. Il s’est agi dans un premier temps de relever les différents discours d’escorte portant sur les dispositifs numériques au musée et les injonctions qu’ils véhiculent afin de comprendre à quelles prescriptions les professionnels étaient exposés. D’autre part, interroger les professionnels de musée afin de relever leur imaginaire des dispositifs technologiques a permis de connaitre leurs attentes et craintes vis-à-vis de ces supports. Enfin, questionner les enquêtés sur leurs pratiques concrètes lors de la conception effective de ces dispositifs a permis d’observer des processus d’ajustement, prenant la forme de logiques d’opposition, d’adaptation et d’invention. Après avoir comparé le discours des professionnels avec les discours d’escorte médiatiques et politiques, nous avons observé un décalage entre les discours d’escorte sur l’innovation technologique au musée et la façon dont les professionnels de ces institutions culturelles évoquaient ces questions. Le caractère révolutionnaire des discours décrivant les technologies n’est pas repris par les professionnels des musées mais il est fortement nuancé dans un imaginaire raisonné et pertinent des technologies, assorti d’un rapport ambigu à l’innovation qui interroge les enjeux symboliques du progrès technologique dans la médiation muséale.

imaginaire, dispositifs numériques, réalité augmenté, analyse de discours, technologies, médiation muséale

++

Éva Sandri, « Les ajustements des professionnels de la médiation au musée face aux enjeux de la culture numérique », Études de communication, 46 | 2016, 71-86. https://journals.openedition.org/edc/6557#quotation

Cet article vise à observer les ajustements du métier de médiateur au musée face au développement de dispositifs de médiation numérique. Nous interrogeons plus précisément le rôle des médiateurs dans deux musées d’ethnographie intégrant des technologies numériques et étant amenés à concevoir ou à adapter des dispositifs de médiation. Cette enquête révèle la plasticité des métiers de la médiation culturelle ainsi que des logiques d’opposition, d’accommodation et d’inventivité des médiateurs qui tentent d’adapter les dispositifs technologiques qui ne correspondent pas à leur conception de la médiation.

Mots-clés : médiation culturelle, culture numérique, musée, métiers, ajustement

+++

Jessica de Bideran. Un cas d’école pour les services d’archives, quand médiation et dispositif numérique éloignent le document . Enjeux de l’information et de la communication, GRESEC – Université Grenoble III, 2015. ⟨hal-01399488⟩

Pour les institutions culturelles conservant un patrimoine documentaire, la numérisation soulève des enjeux importants de description, de circulation et d’appropriation de ces ressources. Médiatiser les documents numérisés suppose notamment de créer des écosystèmes de connaissances simples à exploiter et correspondant aux pratiques des différents usagers visés. L’article qui suit se concentre sur l’analyse détaillée d’un programme de valorisation numérique de documents iconographiques porté par les Archives municipales de Bordeaux. Cet exemple montre combien les logiques d’organisation documentaire des professionnels influent sur la création du dispositif numérique et mettent finalement à distance le document, pourtant au centre des missions de conservation et de diffusion des archives.

Dispositif numérique, document, archives, valorisation patrimoniale

+++

Samuel Tietse. (Nov 2015) Médiations informationnelles au prisme de l’innovation par l’usage des technologies numériques d’information communication en institutions culturelles.. Les écosystèmes numériques et la démocratisation informationnelle : Intelligence collective, Développement durable, Interculturalité,Transfert de connaissances, Nov 2015, Schoelcher, France. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01258338

L’essor des réseaux sociaux a conduit de nombreuses organisations à investir dans les technologies numériques d’information communication (TNIC). Le modèle théorique de l’innovation par l’usage est ici convoqué pour analyser les pratiques informationnelles qui prennent place dans des institutions à caractère culturel et dans lesquelles quelques activités de médiations articulées autour des usages des réseaux sociaux numérique sont été repérées. Nous tentons de montrer en quoi les logiques d’usages de ces technologies- réseaux sociaux numériques incarnées par certaines institutions leaders, usagers influents déconstruisent les pratiques de médiations et profilent une nouvelle identité numérique aussi bien du professionnel que du rôle assigné par convention aux bibliothèques.

réseaux sociaux numériques, médiation informationnelle, innovation par l’usage, pratique informationnelle,institution culturel

+

Regimbeau, Gérard, 2015, « Du patrimoine aux collections numériques : pratiques, discours et objets de recherche », Les enjeux, n° 16, vol. 2, [en ligne] http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2015-dossier/01-Regimbeau/01-dossier2015-Regimbeau.pdf

En abordant la médiation numérique de la mémoire rassemblée par les archives, les musées et les bibliothèques, cette contribution tente de retrouver comment, de pratiques en discours, se définissent des objets de la recherche en Sciences de l’information et de la communication et dans quelques disciplines voisines intéressant les patrimoines et leur connaissance. Les réflexions portent sur quelques points récurrents d’une bibliographie raisonnée resitués dans une perspective épistémologique.

anthologie, perennité, patrimoine numérique, collections

++

Da Lage E. et Gellereau M., 2015, « Produire de la connaissance avec les amateurs. La recherche comme dispositif de médiation sociale et culturelle », Sciences de la société, n° 93, pp. 57-78.

L’article expose des expériences de projets de recherches contractualisées, dans le domaine culturel et patrimonial. Ces projets sont envisagés dans une réflexion sur les méthodes de recherche en sciences de l’information-communication et l’approfondissement des notions de médiation et d’amateur. Notre objectif est double. Il s’agit de conduire une réflexion sur l’articulation entre les fondements épistémologiques et méthodologiques de la recherche. Il s’agit également de dégager les implications politiques et éthiques des recherches sur les pratiques amateurs lorsqu’elles s’inscrivent dans le cadre de projets commandités par des institutions publiques. Ces recherches visent à développer des expérimentations de modes de médiation en engageant la réflexivité de tous les acteurs concernés (chercheurs, institutions, amateurs) et à affronter les questions éthiques en développant des méthodes favorisant cette réflexivité. L’importance des cadres de recherche permettant de construire des objectifs communs entre chercheurs, acteurs institutionnels et enquêtés à chaque étape de la recherche sous contrat est mise en évidence, ainsi que l’intérêt de dépasser les études qui sectorisent les expériences culturelles. La difficulté pour le chercheur de comprendre comment l’ensemble de ces expériences s’articulent dans des configurations originales et historiquement situées qui donnent forme à notre monde social est par ailleurs soulignée.

Mots-clés: recherche par projet, médiation, amateurs

Chaumier, S. & Mairesse, F. (2017). Chapitre 1. La logique de la médiation. Dans : , S. Chaumier & F. Mairesse (Dir), La médiation culturelle (pp. 27-68). Paris: Armand Colin.

https://www-cairn-info.acces.bibl.ulaval.ca/mediation-culturelle–9782200618667-page-27.htm?contenu=article

La médiation semble aujourd’hui partout, dans tous les champs du secteur culturel, voire dans tous les domaines de l’existence. Cela n’est pas anodin. Le fait que l’on parle de médiation depuis maintenant trente ans, alors que l’on n’utilisait guère ce terme précédemment, est le signe de quelque chose. Bien sûr, les effets de mode valorisent ou rejettent certains mots comme des hochets, mais les raisons qui ont vu le développement du terme « médiation » sont plus profondes. Le rapport que l’on entretient avec la culture a en effet changé, que ce soit avec des œuvres artistiques, des connaissances historiques, un patrimoine, ou des savoirs scientifiques. Car la médiation culturelle s’intéresse à tous ces domaines et à bien d’autres. Aussi nous efforcerons-nous de ne pas la réduire aux seuls rapports à l’art, comme il est trop courant de le faire.

approche historique à la médiation, évolution

++

2015 – 2010

Garrabos, Aurélie, La médiation numérique du patrimoine : une révolution de l’expérience de visite ?, Thèse de doctorat sous la direction de Jean-Luc Boulin, Université Bordeaux Montaigne, 2014

Jeanneret, Y. (2014). Critique de la trivialité : les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris : Éditions Non standard.

Commentaire d’Olivier LeDeuff : https://journals.openedition.org/communication/7131

Wikipedia, web 2.0, réseaux sociaux, intelligence des foules, communication virale : ces révolutions annoncées s’inscrivent dans une histoire ancienne. Les hommes n’ont cessé d’exploiter la circulation de la culture dans la société et d’en faire des métiers, des dispositifs, des industries. À l’issue d’un travail de longue haleine, Yves Jeanneret analyse ces processus et en discerne les enjeux. Pour ce faire, il revient sur les fondamentaux de la communication et en tire une théorie renouvelée du social. Il lance aussi une alerte résolument politique. Que deviennent les médias à l’heure où l’on annonce la fin de la médiation ? Quelles sont les incidences du capitalisme médiatique sur la culture ? L’impératif de trivialité peut-il aller de pair avec une société créative ? Manuel fondamental de sciences de l’information-communication, exégèse de l’histoire intellectuelle, cabinet de curiosités, proposition théorique, essai, manifeste, Critique de la trivialité est une œuvre hors du commun. L’auteur s’appuie sur les acquis d’une recherche érudite afin de nous offrir une proposition fertile pour les sciences sociales et indispensable au débat public, appelant au déploiement d’une pensée partagée et dialoguée.

Aurélie Aubert et Pascal Froissart, « Les publics de l’information », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.1121

« Qui consomme quelle information et comment ? » est la question canonique que nous voudrions poser ici, interrogation qui aurait pu être lancée dès l’arrivée des médias de masse mais qui a dû attendre la deuxième moitié du XXe siècle pour susciter des recherches véritables. Dès lors, on a su que la consommation des informations est une pratique culturelle comme une autre (les déterminations sociologiques sont donc fortes, telles le statut social, l’âge, le lieu d’habitation…), liée aux autres (les consommateurs de nouvelles sont aussi des visiteurs de musée ou de cinéma), et en perpétuelle mutation, tant technique (le papier, les récepteurs radio, les postes de télévision, les ordinateurs, les ordinateurs mobiles, sans que les uns ne remplacent les autres) que conceptuelle (l’information se redéfinit au cours du temps, et l’on n’y a pas toujours inclus le « people », le fait-divers ou la parodie, tout comme on ne s’est pas toujours intéressé à la construction du sens par les consommateurs finaux). Cet article a pour objectif de situer les orientations méthodologiques et théoriques qui se sont succédées, et parfois chevauchées, dans l’analyse des réactions des publics aux informations d’actualité en se situant précisément par rapport à une définition que la recherche en SIC a aussi fait évoluer.

public, sociologie des publics, information, nouvelles, théorie des médias, journalisme

+++

Jessica de Bideran. Des territoires virtuels entre références savantes et récit fictionnel : L’exemple d’un serious game au musée d’histoire. MEI – Médiation et information, L’Harmattan, 2013. ⟨hal-01399486⟩

La réalité virtuelle n’est plus le domaine réservé des chercheurs en informatique mais envahit l’ensemble des industries culturelles et pénètre les pratiques patrimoniales et muséographiques. Les restitutions infographiques de monuments historiques constituent, en particulier, de nouveaux documents numériques que l’on nomme monuments virtuels. Les installations interactives, construites à partir de ces derniers, créent des espaces de médiation assimilables à des zones d’interface entre les acteurs humains et ces dispositifs techniques. Ils modifient par conséquent les fonctions de transmission traditionnellement assignées au musée. L’analyse d’une réalisation récente, menée pour le musée d’histoire de Nantes, permet de questionner ces nouveaux territoires virtuels, de mieux saisir les rapports complexes qu’ils entretiennent avec les territoires réels, c’est-à-dire les sites historiques, et d’identifier quels rôles jouent l’interaction et l’immersion dans la lecture du message culturel.

muséologie, serious game, dispositif numérique, réalité virtuelle, restitution architectural, installation interactive.

+++

Mia Ridge (2013) « From Tagging to Theorizing: Deepening Engagement with Cultural Heritage through Crowdsourcing » Curator: The Museum Journal, Vol. 56, n. 4. https://doi-org.acces.bibl.ulaval.ca/10.1111/cura.12046

Crowdsourcing, or “obtaining information or services by soliciting input from a large number of people,” is becoming known for the impressive productivity of projects that ask the public to help transcribe, describe, locate, or categorize cultural heritage resources. This essay argues that crowdsourcing projects can also be a powerful platform for audience engagement with museums, offering truly deep and valuable connection with cultural heritage through online collaboration around shared goals or resources. It includes examples of well‐designed crowdsourcing projects that provide platforms for deepening involvement with citizen history and citizen science; useful definitions of “engagement”; and evidence for why some activities help audiences interact with heritage and scientific material. It discusses projects with committed participants and considers the role of communities of participants in engaging participants more deeply.

engagement, patrimoine, implication profonde, croudsource, public, interaction

+++

Casemajor, N. (2012). La participation culturelle sur Internet : Encadrement et appropriations transgressives du patrimoine numérisé. Communication langages, N° 171(1), 81‑98. http://www.cairn.info/revue-communication-et-langages1-2012-1-page-81.htm

L’injonction à « participer », symptôme de la mutation des sociétés contemporaines, se traduit dans le secteur de l’action culturelle et du patrimoine par la mise en place de dispositifs en ligne incitant l’appropriation et le partage des contenus issus des collections publiques numérisées. Mais la participation peut aussi prendre des formes qui dépassent les usages prescrits par les dispositifs institutionnels : non-respect des conditions d’utilisation, détournements, voire revente sous un format imprimé. Dès lors, comment peut-on comprendre ce qu’est la « participation culturelle » sur Internet ? En cherchant à en définir les modalités et les cadres, cet article expose quelques-unes des contradictions qui émaillent l’action des institutions patrimoniales dans ce domaine. Et si l’indiscipline n’était pas uniquement le fait des publics ?

participation, valorisation, internet, braconnage, appropriation

++

Bouyé Édouard. Le Web collaboratif dans les services d’archives publics : un pari sur l’intelligence et la motivation des publics. In: La Gazette des archives, n°227, 2012-3. Nouveaux usages, nouveaux usagers : quels contenus, quels services allons-nous offrir ? pp. 125-136.

Le travail collaboratif est consubstantiel à la République des lettres. Les grandes entreprises savantes, depuis le Moyen Âge mais surtout l’époque moderne, sont collectives. Les abbayes mauristes et les académies depuis le XVIIIe siècle, les sociétés savantes et les établissements d’enseignement supérieur depuis le XIXe siècle sont les lieux privilégiés de cette collaboration, dont les archivistes sont traditionnellement les animateurs, ou du moins les médiateurs. L’avènement du numérique, utilisé de manière privilégié par notre profession pour rendre accessibles des millions de pages d’archives, permet aussi de donner un souffle nouveau aux entreprises collaboratives. La nouveauté réside dans l’ampleur des acteurs concernés et dans l’ampleur du travail qui est mis en commun. Il ne s’agit plus seulement, en effet, d’un cénacle limité de savants oeuvrant à une entreprise érudite commune débouchant sur la publication, à un petit nombre d’exemplaires, de volumes imposants. L’archiviste qui anime le Web 2.0 doit se déprendre d’un modèle top-down, où l’usager est tributaire de l’inventaire d’archives imprimé sub specie aeternitatis. Pour définir le modèle nouveau de coproduction du savoir, les Anglo-saxons ont forgé des néologismes en forme de mots-valises, dont l’étrangeté même dit la nouveauté des réalités qu’ils recouvrent. La «folksonomie», ou indexation personnelle, est un système de classification collaborative décentralisée spontanée, basé sur une indexation effectuée par des non-spécialistes » 1.

approvisionnement par la foule, folksomie, circulation du savoir

++

Moirez,   Pauline et  Stutzmann,   Dominique, 2013,   « Signaler   les   ressources   numérisées : enrichissement, visibilité, dissémination » (p. 115-174), in Claerr, Thierry, Westeel (dir.) Manuel de constitution  de  bibliothèques  numériques,  Paris : Ed.  du  Cercle  de  la  Librairie  (« Collection Bibliothèques »).

Sur le web, en effet, les bibliothèques ne sont pas seules. Mour #tre visibles, pour offrir à leurs publics des services qui répondent à leurs usages, elles doivent s’intégrer dans un vaste écosystème et interopéreravec des ressources, avec des métadonnées, qui leur sont extérieures. Plusieurs protocoles et formats répondent à différents besoins d’interopérabilité, depuis l’échange de données entre bibliothèques et la constitution de portails d’accès centralisés aux ressources numériques culturelles, jusqu’à l’ouverture la plus large sur les grands acteurs et usages du web, moteurs de recherche, réseaux sociaux, et mobile. Mais la diffusion comme la réutilisation des métadonnées sur le web repose in fine  sur les mêmes principes de bases des métadonnées propres et de qualité, dans des formats normalisés, appuyées sur des identifiants uniques et stables et reliées à des référentiels partagés. Le web de données, encore expérimental il y a quelques années, ouvre à présent des perspectives inédites d’enrichissement des données de bibliothèques et de mutualisation de ces enrichissements, et place plus que jamais au cœur du web les métadonnées, et tout particulièrement les métadonnées de qualité produites par les bibliothèques.

Conclusion

Bertrand, A.-M. (2013). Médiation, numérique, désintermédiation : une nouvelle astronomie ? Bulletin des bibliothèques de France, 3, [en ligne] http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-03-0023-004

Cet article interroge l’évolution de l’activité et de la légitimité du médiateur, à l’heure où le savoir et l’information sont accessibles sans médiation. Il évoque cette question successivement dans le domaine de l’enseignement, de la presse, puis des bibliothèques. La médiation y est-elle encore utile ou est-elle dépassée ?

Deprés-Lonnet,  Marie, 2013,  « Le  patrimoine  culturel  numérique : entre  compilation  et  computation », Culture et musées, n° 22, p. 71-88.

https://www.persee.fr/doc/pumus_1766-2923_2013_num_22_1_1752

L’ objectif de cet article est de fournir un éclairage propre à mieux appréhender «l’interstice, immense, entre le traitement technique des objets et leur qualification culturelle » (Jeanneret, 2000). La réflexion sera menée sur la base d’une étude du portail Europeana et permettra de revenir sur les différentes étapes par lesquelles un objet de patrimoine, détenu par un des organismes chargés de sa conservation et de sa mise en valeur, se transforme en l’un des millions d’items consultables via ce portail. Nous détaillerons pour cela les démarches et opérations d’inventaire et de numérisation menées au sein de différents organismes culturels européens qui participent à ce vaste projet politique afi n de montrer sous quelles formes les objets qu’ils détiennent sont mobilisés pour construire des représentations censées donner à voir quelque chose du «patrimoine culturel européen » .

+++

Dufrêne, Bernadette, Ihadjadene, Madjid, Bruckmann, Denis, Gellereau, Michèle 2013, Numérisation du patrimoine : quelles médiations ? Quels accès ? Quelles cultures ? Paris : Hermann.

https://journals.openedition.org/lectures/12513

Alors que nous avons pris l’habitude d’accéder en un clic à presque n’importe quelle oeuvre du patrimoine – matériel ou immatériel –, la numérisation pose au moins trois questions : celle des accès, celle des médiations et celle de la culture informationnelle.

Accès : la généralisation de l’offre rendue possible par la numérisation et la mise en réseau sur le web se heurte aux questions de propriété. A qui doit appartenir le patrimoine numérisé : aux États ou aux entreprises qui investissent parfois à échelle industrielle ? Comment concilier le droit d’auteur avec la logique de diffusion dans l’intérêt général ? Quelles sont les caractéristiques de cette nouvelle forme d’économie culturelle ?

Médiations : comment, à la faveur de la numérisation du patrimoine, le regard que nous portons sur les œuvres est-il construit ? Que devient la notion de collection ? Quels sont les dispositifs d’accompagnement ou de participation ? Quelles sont les nouvelles pratiques professionnelles induites par la numérisation du patrimoine ?

Cultures numériques : comment caractériser les cultures informationnelles (information litteracy), les compétences qu’elles nécessitent en matière de lecture et de recherche d’information, les normes et les filtres qui sont mis en place ?

Tels sont les sujets issus des réflexions partagées lors du cycle de quatre journées d’études à la BnF « Institutions culturelles et nouvelles formes de médiation (2009-2010) ». Le lecteur, spécialiste ou simple usager, y trouvera, nous l’espérons, quelques balises utiles pour naviguer à l’ère du patrimoine numérisé.

Voir aussi :

https://journals.openedition.org/terminal/434 : Dossier : le transmédia storytelling 2013

Cette nouvelle forme de narration utilise différents médias pour développer un univers ou raconter une histoire. Grâce à leur spécificité d’usage et leur capacité technologique, chaque support employé (site web, mobile, radio, tablette, jeu vidéo, etc.) développe un contenu narratif différent, offrant au public un regard nouveau et complémentaire sur l’histoire. Les différents éléments qui composent cet univers peuvent être explorés indépendamment les uns des autres.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search