BoD : la bibliothèque numérique personnelle avec Calibre

Goodereader (06-08-2015) How to use Calibre for Managing e-books

Informations :

Site webhttps://calibre-ebook.com/about
PlateformesLinux, Windows, Mac, Linux, portable
LicenseOpen Source – Gratuit
FonctionnalitésGestion et classification de documents et métadonnées bibliographiques (epub, pdf, Mobi, …)

Étape du processus de recherche

Image result for calibre software
Interface bibliothèque sur Calibre version Linux
Source : Claude Picot (2010) Calibre ou comment lire en toute liberté sous Linux https://www.clapico.com/tag/calibre/

Ça fait longtemps que je n’ai pas une bibliothèque. En fait, comme je suis en cotutelle et je suis immigrée dans les deux pays, je déménage souvent. La lourdeur et l’espace des livres papier m’empêchent de posséder et transporter une étagère physique. Aussi, quand j’étudiais encore au Costa Rica, nous n’avions pas les ressources économiques pour acheter chaque bouquin. En plus, la bibliothèque n’avait pas un exemplaire des anthologies de cours pour prêter à chaque étudiant. De ce fait, les professeurs nous laissaient souvent des photocopies ou bien des répertoires avec les feuillets numérisés. Pour pouvoir transporter le tout avec moi à tout moment, et que je devais marcher 20 minutes dans un terrain assez raide, j’ai opté pour les numérisations. Mais comment organiser tous ces bouts de livres? Faut-il créer un dossier par cours? Comment nommer chaque document? Comment garder une trace de ce qu’on a déjà lu ce qu’il faudra lire? Comment faire des listes de lecture?

À la manière d’iTunes, Calibre sert à classer des fichiers de toutes sortes (e-pub, PDF, mobi, odt, TXT, etc.), ainsi que leurs métadonnées (titre, auteur, date, résumé, mots-clés, id, etc.). Elle synchronise cette bibliothèque avec votre liseuse préférée. En plus, ce manageur de livrels se connecte sur des bases de données existantes telles que Google books ou Amazon pour télécharger les renseignements déjà en ligne. Pour moi, Calibre constitue mon propre portail où je navigue pour trouver mes lectures à venir, passées et présentes.

Calibre n’est pas un logiciel de gestion bibliographique comme Zotero. Ils se complémentent. En d’autres mots :

une bibliothèque et une bibliographie sont deux choses différentes et donc les applications qui font ces tâches-là doivent être distinctes.

Nous allons nous appuyer sur cette comparaison pour expliquer leur usage.

Dans une bibliothèque nous stockons tout ce que nous voulons lire, nous collectionnons. Dans une bibliographie, nous ne conservons que ce qui est cité dans notre manuscrit. La référence repose sur ses métadonnées, non sur le ficher du livre en soi. Le logiciel de gestion bibliographique ne va pas faire la différence entre un document et une référence. Il n’est pas convivial pour garder une trace de ce que j’ai lu et ce que je n’ai pas lu. La fonctionnalité de recherche encourage les requêtes en langage naturel. Ce type d’application ne me permet pas non plus de communiquer avec ma liseuse. Au contraire, le calibre est optimisé pour tout ça.

Voyons comment ça marche.

Fonctionnement

De façon apparentée à la gestion bibliographique, mais différente, la bibliothèque numérique propose une liste de tous les fichiers importés. Parallèlement, sur l’ordinateur elle va générer une arborescence de dossier nommé selon les métadonnées déclarées. Nous allons nous intéresser à trois aspects de l’usage de calibre spécifique à ma propre pratique. L’Importation des textes : quel type d’item importer et pourquoi?. L’organisation des fichiers : quels aspects prendre en compte pour classer ses fichiers?. La communication avec votre dispositif de lecture : comment maintenir à jour toutes les étagères?

L’importation de textes :

Sachant la quantité de fiches de lecture et les revues de littérature à réaliser en tant que doctorant, c’est indispensable d’être systématique pour pouvoir organiser tout ce qu’on a lire et planifier l’ordre dans lequel on veut le faire.

Après faire ma recherche de sources sur les bases de données pertinentes, je choisis ce qu’il faut que je lise. Je repère un article, je le surligne en ligne avec hypothes.is. Si je ne le télécharge pas immédiatement, je l’ajoute dans mes signets «à lire». Si je sais que je vais le lire bientôt, ou qu’il sera difficile à retrouver, je le télécharge sur mon dossier «downloads». Le processus fini, je glisse le PDF ou EPUB sur Calibre. Je l’élimine de mon dossier dès que je l’importe pour éviter les doublons.

Non! je ne le dépose pas sur mon bureau pour me rappeler de le lire. Non, je ne laisse pas l’onglet ouvert dans mon navigateur. Si je faisais ça, alors après un certain temps l’écran serait saturé de textes «à trier» inutiles pour rédiger ma thèse.

Dès le moment où nous importons un fichier, il faut que celui-ci soit communicable avec notre bibliographie au cas où nous ayons à le citer dans le manuscrit. C’est-à-dire que, quand nous trouvons un document, nous allons l’identifier avec toutes les informations nécessaires pour former la référence. Soit, nous sommes chanceux : le fichier a déjà les données bibliographiques en tant que métadonnées. Soit, le créateur du ficher n’est pas aussi organisé que nous : nous allons lancer le téléchargement automatique grâce à l’outil proposé par Calibre. Encore, il se peut que nous ayons à taper tout à la main, car le document n’est pas répertorié. C’est important de faire cette étape tout de suite! Si nous les laissons traîner, nous accumulerons des écrits sans titre, sans auteur, que nous ne pourrons difficilement retracer et donc nous les rendons inutiles comme bibliographie. Cela introduit la première étape pour organiser ces fichiers.

Image result for calibre software
Importation d’un fichier et modification des métadonnées. Source : Christoph Michel (10-03-2019) How to create beautiful epub programming ebooks https://cmichel.io/how-to-create-beautiful-epub-programming-ebooks/

L’organisation des fichiers :

Les couvertures

Avec un coup d’œil sur l’étagère, nous choisissons ce que nous voulions lire parce que nous avons un aperçu de notre collection intégrale. Sur Calibre, les couvertures des textes remplacent cet aperçu. Nous pouvons demander au logiciel d’aller chercher l’image sur Amazon ou sur une autre base de données, choisir une page significative appartenant au document ou créer nos propres couvertures. Pour moi, ces couvertures sont indispensables. En défilant dans ma bibliothèque numérique, elles vont me rappeler ce que j’ai déjà consulté.

Les auteurs

Personnellement, j’aime déclarer le nom complet des auteurs. Ainsi, si j’oublie une partie, je peux toujours taper un de ces prénoms pour un document. Il faut être vigilant! Lorsque les différents auteurs sont divisés par une virgule ce sera considéré comme un unique valeur interminable, par Calibre. Lors de l’importation, nous allons changer toutes les «,» et les «;» par des «&». Ainsi, quand nous cherchons un article nous n’aurons qu’à repérer un des auteurs. Le document sera ordonné selon la première lettre du prénom et du nom de chacun.

Les doublons

Idéalement, dès que nous téléchargeons un fichier nous allons changer toutes ses métadonnées afin de l’afficher correctement sur calibre. Grâce à cette procédure, nous remarquerons très vite si nous avons des doublons, car ils seront juxtaposés dans la liste. En plus, nous pourrons utiliser le plug-in «find duplicates» pour simplifier la tâche.

L’homogénéité de la labellisation

Un principe indispensable du design d’information établit le besoin de consistance dans la labellisation. Cela s’applique dans l’énonciation des titres, des noms des auteurs et les étiquettes. Par exemple, nous allons essayer de donner un titre et un sous-titre à chaque fichier. Ceci correspond exactement à celui affiché dans la couverture. L’auteur sera déclaré de la même façon que nous utiliserons pour la bibliographie. Nous allons faire attention à répliquer la capitalisation des mots et à éviter les variations d’une instance similaire (2 ≠ deux ou digital humanities ≠ Digital humanites ≠ Digital_Humanities). Si, par exemple, nous écrivons nos étiquettes en anglais, nous n’allons pas les reproduire en français — sauf si nous avons une excellente raison. (méthodologie ≠ methodology)

Étiquetage

Le texte de Marie-Laure Ryan est mal étiqueté dans ma bibliothèque Calibre. Capture d’écran v. 4.10.1.

Dans l’article antérieur, nous avons introduit l’usager des mots-clés utilisés lors de l’annotation des textes. De la même façon que nous divisons les annotations de 5 types (Concepts, définitions, citations, bibliographies, important) nous allons identifier plusieurs classes de documents et plusieurs contextes de lecture. Logiquement, nos étiquettes doivent nous servir à nous repérer dans le futur. Je conseille de planifier un autre typologie de labellisation pragmatique. Personnellement j’explicite : mon usage (Méthode, théorie, exemple, référence, classique, roman, proceedings), l’état dans la bibliothèque (à lire, lu, annoté, DES7001), la discipline (digital humanities, narratology, SIC…), les concepts clés (storytelling culturel, modélisation, design), le terrain d’étude, population ou corpus évoqué (Costa Rica, Game of Thrones, Odyssée). Ce type d’étiquettes me permet de savoir quel est l’usage futur que j’envisage pour chaque document. Ce qui est important c’est de rester constant. Il ne faut jamais hésiter à revenir en arrière pour corriger les variables.

La communication avec la liseuse

Ma liseuse est mon instrument principal de lecture. Je planifie ce que je vais lire avant de l’intégrer dans mon appareil. Le processus se place : qu’est-ce que je vais lire? Qu’est-ce que j’ai déjà lu?

Liste de lecture

Il existe un plug-in pour créer des listes de lecture «Reading list». Il sert à créer des collections de livres ou de fichiers. La collection groupe la bibliographie d’un cours, les textes à lire pour une section de la thèse, la revue de littérature sur un concept spécifique ou encore le résultat d’une veille corroborant un sujet. Ces listes sont l’équivalent de la pile de livres dans un bureau. Je me force à ne pas dépasser un nombre maximum 30 documents, mais je tourne plutôt autour de 10 ou 15. Nous pourrons tout simplement importer la collection complète dans notre appareil. Idéalement, nous n’allons pas lire la totalité de la liste, nous allons recueillir les fragments et les documents qui restent intéressants même après la lecture en diagonale.

Livre déjà lu.

Lorsque j’ouvre une lecture, je me déclare à moi-même que j’ai commencé à lire ce texte «Reading» et pourquoi «concept éditorialisation». Voir la publication sur l’annotation. Quand nous arrivons à la fin de la lecture, nous le annonçons «Reading 100 %», «done».

Dans les préférences, allons déterminer que le fichier récent doit remplacer toujours le fichier le plus ancien. Cela implique que lorsque nous importons un texte dans notre bibliothèque ce sera le document modifié qui se maintient. Quand notre appareil est connecté à l’ordinateur, nous verrons apparaître tous les livres qui sont à la fois sur l’ordinateur et sur la tablette. Nous allons glisser tous les livres, dans l’icône de la bibliothèque principale. La date de modification va changer. Nous pourrons organiser notre bibliothèque sur la date de modification, et ainsi ajouter simultanément l’étiquette «annotée» à tous les livres modifiés récemment.

Le processus sur Calibre constitue la façon de gérer, très rapidement, la totalité de mes livres, les annotations, mais aussi de planifier des listes de lecture, et donc d’organiser mon travail de recherche. La classification systématique me permettra de chercher facilement tous les dossiers pertinents lorsque je suis en train de rédiger, les rouvrir et les voir tout près pour être cités.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Thiphaine dit :

    Bonjour miranda,
    Je suis aussi doctorante. Je voudrais maitriser Calibre mais j’ai quelques soucis par rapport aux métadonnées.
    J’ai beaucoup d’articles téléchargées depuis cairn. Plutôt que de passer par l’explorateur de fichiers, je voudrais pouvoir visualiser et trier mes articles (et autres) sur Calibre. Mais quand j’ajoute des articles dans le logiciel, les informations sont totalement brouillés et incompréhensibles. Tantôt le nom du fichier (ou une partie) à la place de l’auteur, tantôt le nom du site (cairn par exemple), tantôt il m’extrait le titre mais pas l’auteur. J’ai essayé par différents moyens de télécharger les métadonnées via le code ISSN (en le rentrant moi-même dans l’éditeur de métadonnées), ou en faisant une extraction automatique (via le plugin) rien n’y fait.
    Je ne voudrais pas avoir à rentrer manuellement les informations moi-même, autant dire que ce serait y passer des semaines ou plus et je ne peux vraiment pas. Je n’utilise pas Zotero… je n’aime pas ce logiciel. Je n’arrive pas à m’y mettre. Ce que j’apprécie sur Calibre, c’est la présentation avec le menue de gauche où l’on peut trier par auteur, langue, éditeur… Le fait qu’avec Python, on puisse aller plus loin. Mais je n’ai pas le niveau pour créer mon propre plugin et j’ai du mal à imaginer qu’il n’en existe pas déjà un qui ferait l’affaire…
    Puet-être avez-vous une solution? Un plugin pour extraire les métadonnées d’articles et littérature académique ? ou tout autre astuce, je suis preneuse !
    Bonne journée et bon doctorat ! Thiphaine

    • Ximena Miranda B. dit :

      Bonjour Thiphaine,
      Je viens de voir votre message. Tout d’abord, merci de lire mon article.

      Je suis tout à fait d’accord avec vous, l’interface de Calibre est simple pour organiser vos livres à cause des filtres qu’il offre et l’aperçu des couvertures.
      Malheureusement, c’est fortement déconseillé par la communauté scientifique d’utiliser Calibre pour gérer toutes ces métadonnées. Le logiciel est encore trop rigide pour télécharger ces champs et les placer correctement (https://www.mobileread.com/forums/showthread.php?t=275322). Possiblement, c’est, car il est adapté à des livres et non des articles scientifiques. Soit quand j’utilise Calibre, j’ai le même problème que vous. La seule manière que j’ai trouvée d’avoir les métadonnées correctement c’est en passant par Zotero justement avec le pluggin ZTI de calibre : https://www.mobileread.com/forums/showthread.php?t=275476. Apparemment, des manières similaires existent avec Mendeley ou EndNote, la concurrence payante de Zotero. Mais, normalement, je ne perds pas le temps avec ça. Je corrige rapidement le nom et l’auteur dès que je télécharge quelque chose. Le reste n’est pas important pour moi, puisque je gère l’éditeur, date d’édition, etc. avec Zotero. 🙁 Cela dit, ça vous empêchera d’utiliser tous les filtres du menu de gauche…

      Personnellement et académiquement, je vous conseille fortement de tester encore votre patience avec Zotero, pas pour votre bibliothèque, mais pour votre bibliographie, pour cette gestion de métadonnées. J’ai un article où j’explique l’usage pour nous, doctorants : https://databasebook.hypotheses.org/1551. Si vous avez des problèmes pour la prise en main, je pourrais vous aider :).
      Zotero a aussi les filtres que vous souhaitez, mais ça se présente différemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search