FdL : Leavy (2017) Ethics in Social Research

dessin d'un titre écrasé par un livre
Dessinée par XM en 2020

Leavy, P. (2017). Ethics in Social Research. Dans Research design : Quantitative, qualitative, mixed methods, arts-based, and community-based participatory research approaches. Guilford Publications.

Ce texte est publié sous forme « Corrigé »

Résumé

Ce chapitre justifie la nécessité d’un comité éthique pour évaluer la méthode d’une recherche incluant des participants humains. Les situations dans lesquelles les sujets peuvent être mis dans le cadre d’une enquête scientifique peuvent porter préjudice à leur intégrité psychologique, physique. La façon dont les données sont collectées ou encore distribuées impacte positivement ou négativement les participants.

Les composantes d’une démarche éthique (p. 23-38)

L’éthique inclut la transparence, la moralité, l’intégrité, et la justesse de la procédure du chercheur. Elle est reflétée dans la façon dont nous :

  • L’identification des potentiels participants (inclusion et représentativité)
  • La manière dont l’interaction avec les personnes est réalisée (notre relation interpersonnelle avec les participants)
  • Les moyens et plateformes des distributions de résultats, ainsi que les publics de ceux-ci
  • Les bénéficiaires et les avantages de nos résultats.

La structure éthique d’une recherche repose sur trois dimensions

PhilosophiquePraxisRéflexivité
Le système de valeurs sur lequel se base la rechercheLes techniques concrètes pour la mettre en placeNotre réflexion constante sur nos procédures
En quoi croit-on?Qu’est ce qu’on fait?Quelles sont les dynamiques de pouvoir?
Les participants devraient être volontaires, connaître les avantages et risques, se bénéficier minimalement de leur participation.
Inclure les groupes sous-représentés, connaître la terminologie appropriée, être sensible aux différences culturelles
Manifeste directement sur la proposition de rechercheEn aval, consultation et distribution avec la communauté scientifique et les contributeurs.

Pour découvrir les pratiques éthiques appropriées :

  • faire des études pilotes ([je me demande comment on fait des études pilotes et éthiques alors ?])
  • Se baser sur des méthodes déjà appliquées dans la littérature savante
  • ou s’immerger dans le terrain d’étude avant de commencer l’enquête.
  • Consulter les personnes représentant des communautés concernées par l’étude (p. 29)

Avant de commencer à travailler avec n’importe quel sujet, il faut que notre proposition de recherche soit approuvée par un comité éthique.

Plusieurs questions initiales émanent. Qui se bénéficie par notre sujet? Est-ce que notre sujet crée un nouvel apprentissage pour quelqu’un, la justice sociale, du changement social? Est-ce qu’il y a une raison morale pour laquelle vous conduisait cette recherche? Sommes-nous conscients des certains conflits d’intérêts soulevés par celui-ci? p. 31

Pour décoloniser le processus académique : nous pouvons explicitement adopter les perspectives de personnes qui sont rarement incluses par la recherche ou dans des bases de données. Cependant, il faut s’assurer qu’en leur donnant une voix, notre démarche exprime ce que la personne voulait dire et pas ce que la chercheuse peut lui faire dire. Il s’agit d’être vigilant de ne pas coloniser l’histoire de ces voix.

Il faut impérativement éviter tout type de nuisance des participants. Cela implique plusieurs questions :

  • où se déroulent les enregistrements physiquement et en ligne?
  • Où se déroulent les questionnaires?
  • Comment est-ce que les participants sont protégés entre eux? Et par rapport aux publics? (à travers le consentement, leur révision des publications, la possibilité de demander la suppression d’un contenu). Elle propose une lettre à envoyer au participant pour avoir une trace écrite de leur consentement éclairé.

L’information sur le projet peut aussi être communiquée à travers des réseaux sociaux. Aussi les formulaires et questionnaires peuvent se réaliser en ligne. Le consentement peut être traité à plusieurs étapes, il doit toujours pouvoir être enlevé, surtout lorsque la situation crée du stress ou un poids inattendu sur le contributeur. (p. 37) Souvent, c’est conseillé de communiquer avec les participants de l´étude lorsque l´analyse de données est réalisée, leur montrer l’impact de participation et le résultat de leur collaboration ainsi que pour les remercier.1 Dans de cas rares, les participants peuvent regarder les transcriptions et même apparaître comme des coauteurs.

Données : récollection, génération, création (p. 38-45)

ObjectivitéObjectivité forte
Paradigme positiviste, ne prenant pas en compte le contexte des participantsParadigme interprétatifs, critique. Prennent en compte les différences sociales
Neutralité supposée du chercheurConsidérer explicitement les biais, les valeurs, et les attitudes de la chercheuse,
les biais non explicités vont affecter les résultatsla chercheuse utilise ses sentiments et sa personnalité comme partie des outils interprétatifs

Les contextes de réalisation d’une étude vont affecter la relation qui se construit entre les participants et la chercheuse. Par exemple, une étude qualitative en ligne évite l’attachement entre les sujets de recherche. Au contraire, dans une recherche avec la communauté, le développement d’une amitié est presque inévitable. Dans ce cadre, la chercheuse doit montrer son intérêt, adapter son langage corporel et ses expressions faciales pour démontrer qu´elle est concernée par les participants et les expériences partagées. Elle sera alerte aux changements des attitudes et de l´humeur des sujets. En plus, les attentes des deux parties, explicitées au début de l´expérience, doivent être satisfaites. La personne impliquée et la chercheuse connaîtront

  • le temps prévu pour l´étude,
  • les objectifs des parties et leurs besoins,
  • la manière dont ils vont contribuer au projet,
  • la relation humaine qui va se développer entre la chercheuse, les participants et les autres membres de la communauté.

Lorsqu´il y a un usage de collection de données existantes, une pratique éthique demande de (p. 42) :

  • Vérifier l´origine des données,
  • expliciter les biais de collection de données existante
  • Documenter la procédure d’extraction et traitement des données
  • Relever des anomalies dans les collections
  • Ne jamais omettre certaines instances

Circulation des contenus (p. 45-49)

lors de la publication des données, la méthodologie doit toujours être rédigée de façon transparente. En plus, la recherche pourra être redistribuée sur des multiples formats. Souvent, chaque type de publication va atteindre un public différent. Pour des soucis de transparence, il faudra expliciter :

  • Les données incluses et omises,
  • les raisons et les moyens pour lesquelles certains fragments sont mis en valeur,
  • le point de vue du narrateur,
  • les traitements réalisés sur les données en matière de langage, de transcription, de montage, de réduction du bruit…
  • si des retours ont été demandés aux contributeurs par rapport au brouillon de la publication.

De toute évidence, c´est indispensable d’envisager des manières adaptées de partager les contenus avec les contributeurs (prenant en compte leur littératie numérique, leur âge, le degré d’éducation, leur contexte social, de disponibilité).

  • Quelles populations sont impactées par nos résultats ?
  • Quelles différences sociales en éducation et culturelles doivent être prises en compte pour atteindre ces publics ?
  • Quel est l´objectif d´atteindre ces populations ?
  • Est-ce que je peux influencer les politiques publiques des démarches communautaires ?

Les démarches pour atteindre ces populations incluent plusieurs formats (écrits dans des blogues, création d’un site web, apparition dans la radio, papeterie, les apparitions publiques dans la communauté, créer des œuvres d’art pour la communauté). Parfois, il serait possible de redistribuer les données dans des bases publiques en format brut.

Cette distribution se différencie de partage avec les autres membres de la communauté académique. Pour ce public, c´est important de mettre en valeur les informations suffisantes pour répliquer l´étude, pour adapter la méthodologie, ou pour s´informer sur les ressources bibliographiques. Plusieurs communautés savantes peuvent bénéficier de nos résultats. En conséquence, nous devons prendre en compte les revues et les conférences liées à notre discipline, le champ d´études de notre projet, le format des rapports attendus dans le cas d’une recherche subventionnée ou selon les exigences de notre laboratoire. En plus, nous pouvons considérer si la communauté de la méthodologie pourrait être intéressée à notre procédure.

Réflexivité (p. 47-50) lorsque notre démarche le permet,

Quelques techniques pour ce faire sont expliciter, le biais ajouté au phénomène observé par le cadre d’une étude sont :

  • Documenter nos propositions, idées, réflexions théoriques et interprétatives dans les différents moments du processus avec des mémos,
  • Réviser par les pairs dans la méthodologie, notamment par rapport à des études à l’échelle,
  • combiner des stratégies qualitatives et quantitatives dans l’analyse des données
  • réfléchir à l’impact émotionnel de notre travail et à l’impact de notre diffusion sur des personnes appartenait sur les communautés vulnérables
  • connaître les gens immergés dans une culture pour pouvoir employer le langage qui leur est approprié.

Concepts

Hawhorne effect :

(…) how participation in a research study may, inevitably, impact subjects’ responses.
p. 48

Groupes de contrôle

Control groups are used in experiments in order to mitigate against the effect of the experiment itself. A control group is similar to the experimental group in all relevant factors, but the subjects do not receive the experimental intervention.
p. 49

Citations

You can see social justice values reflected in the following questions:
1. Whom do we include in our research? How do we identify relevant
stake-holders?
2. What do we choose to study?
3. How do we come up with topics, write purpose statements and hypotheses, and frame research questions?
4. What measures have we taken to ensure that our language is appropriate and respectful and reflects sensitivity to cultural differences?
5. How do we write up or otherwise represent our research?
6. How will we think about issues such as authorship and ownership of the research findings/output?
7.How will we identify relevant audiences? How do we take status characteristics into account as we identify relevant audiences?
8. How will we distribute our findings to relevant audiences?
9. Will we contribute to public scholarship, and if so, how?
10. Do we intend to apply our research to a particular group or setting in pursuit of social change?
11. Will we attempt to impact public policy, and if so, how?
12. What is our political or social agenda?

Leavy, p. 29-30

Your proposal to the IRB will include information such as the purpose of the study, the benefits of doing this research, the intended outcomes of the study, the population you are interested in, the proposed sampling strategy (how you will select participants), the possible risks to participants (which may include any possible physical, psychological, or emotional harm), benefits to participants, and your plan to garner informed consent.

Leavy, p. 32

This is where you explain and justify your research design procedures and the methods you employed. Methodological transparency is generally considered important so that those who are exposed to your research can understand the process by which you formed your conclusions.

Leavy, p. 43

Usage

Ce texte est extrêmement pratique pour préparer la soumission du projet de thèse au comité de l’éthique. Je reprends tous les outils donnés par Patricia Leavy pour les appliquer directement à ma collecte d’informations liées à la participation de sujet humain. Mon projet comporte deux parties distinctes.

question projet éditorial étude de réception
Qui est inclus? Comment je les identifie? Les participants principaux (Pp) inclus sont deux paysans : Francisco Barrantes Mendez et Estrella Alfaro Retana. En me basant directement sur mon expérience personnelle et sur mon thème, je choisis deux personnes. Grâce à ma proximité en tant que petite fille, je connais les thèmes de leur récit de vie et leur archive familiale. À travers ma relation avec eux, j’ai constaté leur désir et leur potentiel à narrer des histoires ainsi qu’à collectionner des documents et des objets autour de leur quotidien.
La figure du paysan étant très représentative dans l’imaginaire culturel national, alors les souvenirs de ces deux personnes relèvent de cette thématique.
Les participants secondaires (Ps) inclus sont la famille directe (7 fils, petit-fils et petites filles majeurs, frères et sœurs) des premiers participants. Ils sont retenus lorsqu’ils manifestent leur désir de participer volontairement dans le recueil de récits ou de traces documentant la vie et le contexte de ces deux premières personnes. Ce cercle indique d’autres personnes potentiellement intéressées à participer ou mentionne d’autres personnes.
Les testeurs sont inclus aléatoirement selon les personnes se portant volontaires à l’étude.
à voir : des francophones ou des hispanophones? Les personnes participant à la création de contenus peuvent-elles l’évaluer?
Quel aspect on choisit d’étudier? Nous choisissons d’étudier la vie et le monde paysan au Costa Rica le lien entre les choix des conceptions et le ressenti d’un engagement
Comment le sujet est choisi, qu’est-ce qui guide notre hypothèse et notre cadre théorique? Pour moi, la médiation culturelle est une manière de défendre le patrimoine culturel de mon lieu et ma population d’origine, les paysans de Costa Rica. Je choisis le récit des femmes parce que je suis une femme et pendant mes études d’art national au Costa Rica, j’ai vu comment cette voix était minime. Surtout, mon expérience personnelle de microracismes, perçus dans mes séjours à l’étranger, issus grandement de la méconnaissance et des stéréotypes liés aux Latino-Américains, augmente ma passion pour ce sujet.  Je m’intéresse aux interfaces par mon métier de designer. Je m’intéresse aux technologies parce que je suis technophile depuis très jeune. Je m’intéresse à la réception des contenus, car selon mon expérience, modéliser la connaissance depuis une perspective savante, ne prenant pas en compte des usagers non scientifiques, limite cette diffusion.
Quelles mesures pour nous sensibiliser aux différences culturelles? Je connais personnellement le milieu que je documente, je suis déjà assez immergée avec cette population. Cependant, en cas de doute lié à notre différence générationnelle, je peux communiquer directement avec les deux personnes concernées par le projet.  Les questions à se baser sur la revue de littérature existante et les échelles et grilles déjà testées par d’autres groupes de recherches dans des contextes différents.
Comment vulgariser la recherche? Les choix éditoriaux ainsi que les plateformes utilisées se basent directement sur les applications déjà utilisées par les personnes participantes à l’aise avec leur mobile.
Nous utilisons des médias populaires, comme les sites Web explicités dans ma démarche (Medium.org, SoundCould, YouTube, Pinterest…)
Possiblement, je vais créer des visualisations de données commentées avec le résultat des questionnaires. Cela pourra être fait aussi à travers mon carnet de recherche.
À qui appartient la propriété intellectuelle de nos résultats? Tout document fourni par un Pp lui sera directement attribué. Les Ps apparaîtront comme contributeurs. Les photographies, les enregistrements produits pour le projet éditorial seront attribués au Ps l’ayant partagé. De mon côté, la propriété intellectuelle sera liée au processus éditorial comme une éditrice et parfois une traductrice.  Les participants seront complètement anonymisés, donc les résultats m’appartiendront.
Comment identifier notre public et leur démographie? Nous ne connaissons pas spécifiquement le public du projet éditorial, les potentiels lecteurs.
Chaque plateforme de publication attire des segments de la population différente. Elles sauvegardent des cookies si les usagers (ni des pp ni des ps) l’acceptent selon la loi européenne. Si des usagers commentent les publications, nous pourrons savoir de qui il s’agit et communiquer avec eux. Si ces données décident d’être utilisées dans la thèse, nous garderons leur identité anonyme dans notre rédaction de thèse.
Le public pour notre recherche se divise dans les domaines touchés par mon projet : le design d’interfaces, la médiation et le patrimoine culturel, le récit numérique, etc.
Les canaux de distribution sont utilisés pour attendre des publics pertinents? La maîtrise proposée des canaux de distribution est le référencement approprié au contenu, et la rediffusion sur des groupes concernés par le patrimoine au Costa Rica ou en Amérique latine.  Les résultats seront diffusés dans des colloques internationaux et des revues de sciences de l’information et la communication.
Mon blogue de recherche veut atteindre ce public.
Quels formats de publication scientifique?  — une thèse doctorale
– des revues scientifiques qui sont évaluées par des paires notamment dans des revues en SIC,
– des colloques internationaux sur la narratologie, le design numérique, les humanités numériques, la médiation culturelle ou encore l’éditorialisation,
– les blogues, notamment dans mon carnet de recherche
 
Contribution avec la recherche publique? Nous travaillons avec le centre de recherche en identité et culture latino-américaine de l’université de Costa Rica pour partager nos résultats avec eux. Idem
Un changement social? Nous aimerons augmenter la représentativité des femmes et des paysans du Costa Rica non issue de la grande aire métropolitaine, en numérique, au niveau national et à l’extérieur de l’Amérique latine. Aider à améliorer la constitution de bases de données sur le patrimoine culturel CostaRicain en fonction d’augmenter sa visibilité en ligne
Impact dans la politique publique?
quel est notre agenda social ou politique?  –
les bénéfices tirent les participants de leur contribution? L’autorité sur les contenus, les remerciements rédigés dans la thèse, sentiment de fierté sur leur récit et leur production (self empowerment) ?

Les contenus de lettre de recrutement (p. 33)

Question Projet éditorial étude de réception
Propos Produire une archive collaborative autour de la vie des deux paysans. Basé principalement sur des récits anecdotiques.  Évaluer l’engagement possible et ses aspects dans le dispositif éditorial proposé.
Pourquoi est il/— elle sélectionnée? Les participants de la communauté sont sélectionnés par ce qu’ils sont sensibles à avoir des informations pertinentes par rapport aux deux paysans en question. Choisi par sa volonté à participer dans l’étude
Qu’est-ce qui est attendu? La collaboration dans la récollection de récits, les histoires écrites ou enregistrées en audio. Les contributions peuvent prendre forme d’enregistrement de la voix, photographies personnelles, reproductions de photographies familières, messages à l’écrit, des images, des enregistrements vidéo.
La participation avec plusieurs degrés d’activité dans une conversation informelle, collective et respectueuse avec tous les participants sur le logiciel WhatsApp. Pendant une durée de six mois, de l’ordre de 10 -15 minutes par semaine.
La mise à disposition de leurs photographies familiales déjà en ligne et publics pour republication dans le cadre du projet lorsqu’ils sont pertinents.
Renseignements sur des photos : donner plus d’informations sur des publications pour leur indexation.
Lorsque la personne veut s’impliquer davantage, regarder ou critiquer les publications réalisées.
Tout le monde pourra s’inscrire pour recevoir des notifications lorsqu’une de ces contributions est rediffusée à travers de la chaîne de communication principale.
La consultation de quelques interfaces suivies par l’auto-évaluation de son expérience selon un questionnaire à choix unique fournie par le chercheur. (1 h 30?)
Comment faire suite à cette lettre? Communiquer par WhatsApp au numéro de la chercheuse communiquer par courriel à l’adresse, remplir le formulaire en ligne
Information du chercheur Grande fille de Paco Barrantes et Estrella Alfaro. Doctorante en France  

La chercheuse Patricia Lévy propose une lettre permettant de justifier le consentement éclairé des personnes.

  1. l’auteur prévoit un modèle de lettre de remerciements dans son texte []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search