FdL : Vitali-Rosati (2014) Les revues littéraires en ligne

dessin d'un titre écrasé par un livre
Dessinée par XM en 2020

Vitali-Rosati, M. (2014). Les revues littéraires en ligne : Entre éditorialisation et réseaux d’intelligences. Études françaises, 50(3), 83‑104. https://doi-org.acces.bibl.ulaval.ca/10.7202/1027191ar

Cet article est publié en version « corrigée ». Pour plus d’information concernant cet état, lire le mode d’emploi de ce carnet.

Résumé

Cet article répond à la problématique de la définition du numérique et ses conséquences sur la circulation du savoir à partir du cas des revues littéraires savantes francophones (celles numérisées, celles natives numériques et aux l’impact culturel des formes d’éditorialisation). Il défend l’hypothèse que les revues devraient être conçues comme des centres d’échanges. L’éditorialisation comme théorie, mais aussi comme ensemble de dispositifs techniques soutient cette possibilité.

Marcello Vitali-Rosati défend une conception socioculturelle du numérique. Le passage de la presse à l’ordinateur et l’internet, pour lui, dépasse les enjeux de l’apport technique (supports, formats, des mises en pages…). Ce changement technologique affecte le sens, la valeur, la signification et l’accessibilité à des contenus. Puis, l’élément déterminant de ce bouleversement est la consolidation du web basé sur l’infrastructure du réseau internet.

Type de revue numérisées numériques
Début fin années 1990 très récent
Domaine Sciences humaines et sociales littérature
Exemple Erudit, revues.org, Persée, Cairn et les revues littéraires distribués sur ceux-ci Surfaces, remue.net
Raison format électronique : Facilité et immédiateté d’accès, basé sur la distribution de l’internet et web Réductions de coûts de prod.
Caractéristique + mise en forme numérique (html et pdf)
+ production de métadonnées pour l’indexation et référencement
+ insertion dans l’ergonomie de la plateforme (?)
+ accès sélectif aux contenus désirés
+ CMS (sans logiciel, sans code)
+ publication constante
+ système de mots-clés généralisé
+ fonction multiple des articles
+ gratuité
+ contenus hétérogènes : chroniques, texte des création et publication scientifique avec le même contexte éditorial
Changement dans le sens Ouverture du processus de structuration et diffusion = changement de contexte, cadre, fiabilité, lisibilité et accessibilité. Acceptabilité des contenus?
Contraintes éditoriales thématique, processus de validation, longueur, normes graphiques, maquette, temps déterminé, acteurs limité rendre le contenu non seulement accessible, mais aussi visible
– mise à jour
– veille du serveur
– Archivage
Visibilité Dépendante du référencement, des métadonnées et de la promotion sur des réseaux sociaux et des agrégateurs de contenu. — meilleure structuration
– activité d’animation et de communication
– continuité dans le temps
– fidélisation du lecteur avec des actualités de publications
Architecture Sortie par numéro Dossier thématique, une publication de flux continue (rolling release),
Enjeu  —Lié à web «en entier»
– Perte unité éditoriale
– crise de validation
– crise de production d’autorité
– Crise d’uniformisation des points de vue.
– entretenus souvent par des frais aux auteurs
– risque constant de disparition
– face à l’économie de l’abondance des ressources
– revues financées côtoient les contenus sans source de financement.
– absence de modèle de fiabilité

La numérisation bouleverse la réception du contenu (en signification, conséquence du changement de support). Ainsi, le numérique plus qu’un support évolue en époque, caractérisée par la façon dont les humains approchent la diffusion culturelle, indépendamment de si celle-ci est numérique ou pas. (p. 86) Avec le web, la visibilité devient une préoccupation primordiale pour les éditeurs.

Quelques choix techniques (mots-clés, données bibliographiques, thématiques reliées à des architectures au sein de la même plateforme) protagonisent l’éditorialisation des contenus. Ce geste fait apparaître un article avec d’autres résultats dans des listes de recherche, appartenant à la même plateforme — le navigateur —, écrasés par un consensus global. Dans ce nouvel environnement, certaines qualités éditoriales de la revue doivent rapidement trouver une traduction, pour permettre au lecteur d’évaluer la fiabilité du contenu.

Après avoir exposé les enjeux et les différentes caractéristiques de revues numériques par rapport aux revues numérisées, Marcello Vitali-Rosati propose de repenser les revues comme des réseaux d’intelligences pour répondre aux problématiques suscitées. La revue littéraire s’adapte aux époques, en changeant sa forme d’écriture, devenant un flux, acceptant les agrégateurs de contenu hétérogènes. Désormais, son objectif primordial consiste a produire un réseau de personnes et des idées basées sur les résultats de recherche ainsi que les échanges, débats, entre les publics et lecteurs. Il s’inspire de l’exemple du Tiers Livre (François Bon). La communauté littéraire débat sur les formes d’édition, droit d’auteur, sur un point de vue partagé. Les thèmes gardent la cohérence de la revue. Le travail commun promeut les contenus ailleurs, sur tweeter, sur des rencontres. Cette éditorialisation dépasse les fonctionnalités d’un support homothétique du papier.

Marcello Vitali-Rosati propose ainsi plusieurs Formes d’éditorialisation :

  • Échange sur des idées encore non finalisées, sur le processus même de création de contenu : work in progress
  • Open review : l’annotation et le commentaire de la part la communauté ouverte de chercheurs, générant de la discussion au sein du comité, au fur et à mesure du processus de révision.
  • Promotion : des projets éditoriaux parallèles sur les réseaux sociaux.
    • Nouvelles tables de matières sur un autre site
    • Sites de discussion sur la revue
    • Lien de contenus publiés et des contenus disponibles ailleurs (autres revues, sites et instances)

Il conclut que les instances universitaires ralentissent l’adaptation à la culture numérique à cause de l’incompatibilité apparente avec le modèle d’autorité et évaluation savant.

Concepts

numérique

(…)’on fait référence, avec le mot « numérique », à une série d’expériences et de pratiques hétérogènes et différentes qui peuvent difficilement être regroupées ensemble.

p. 83

On pourrait, en ce sens, affirmer que le numérique est un support, alternatif au support papier (…) en se limitant à cette définition du mot, on laisserait de côté une des caractéristiques les plus importantes du numérique tel qu’on le connaît aujourd’hui : la circulation via le réseau Internet.

p. 83-84AL

le numérique n’est pas simplement un ensemble d’outils, ni, à proprement parler, un support comme les autres. Il est un environnement très vaste et complexe qui touche profondément nos catégories culturelles : cela signifie non seulement que lire ou écrire en numérique est très différent de lire ou écrire sur papier, mais, plus généralement, que lire ou écrire à l’époque du numérique — même si l’on continue à lire sur papier – est très différent de lire ou écrire avant la diffusion de la culture numérique

p. 87

révolution numérique

on appelle désormais la « révolution numérique » a déterminé des changements importants quant au sens des contenus, de leur production, de leur validation et de leur distribution et a par conséquent fortement affecté la signification du mot « revue » lui-même.

p. 83

éditorialisation

les changements de diffusion et de circulation des contenus ainsi que les différentes formes de ce que l’on appelle désormais « éditorialisation ».

p. 84

On peut définir l’éditorialisation comme un ensemble d’appareils techniques (le réseau, les serveurs, les plateformes, les CMS, les algorithmes des moteurs de recherche), de structures (l’hypertexte, le multimédia, les métadonnées), de pratiques (l’annotation, les commentaires, les recommandations via les réseaux sociaux) qui permet de produire et d’organiser un contenu sur le web. L’éditorialisation est donc une instance de mise en forme et de structuration d’un contenu qui ne se limite pas à un contexte fermé et bien délimité (une revue, par exemple) ni à un groupe d’acteurs prédéfini (les éditeurs), mais qui implique une ouverture dans l’espace (plusieurs plateformes) et dans le temps (plusieurs acteurs et sans limitation de date).

p. 87

instance éditoriale

literacy numérique

literacy numérique : à savoir des compétences de base nécessaires pour s’orienter dans l’environnement numérique.

p. 94 basé sur Doueihi

Rolling release

de publier les articles au fur et à mesure qu’ils sont prêts, sans attendre d’en avoir un ensemble.

p. 96

hub

point de convergence — un hub, pourrait-on dire en utilisant le mot technologique, un concentrateur.

p. 100

open Review

méthode qui permet à la communauté des chercheurs de commenter un texte au fur et à mesure qu’il est rédigé

p. 103

Citations

(…) la réception d’un contenu ne peut jamais être la même à la suite d’un changement de support. (…) il n’y a pas de contenu idéal, désincarné, un contenu n’existe que dans l’inscription dans un support particulier.

p. 86

Usage

Dans ce texte, Vitali-Rosati décrit des techniques spécifiques éditorialisation, des séquences pouvant être mises en place dans le processus éditorial d’une revue savante pour créer des réseaux d’intelligences (d’idées et de personnes).

En se basant sur un corpus de revues concret et ses observations, il arrive à montre précisément des choix technologiques et caractéristiques spécifiques du phénomène d’éditorialisation. Celui-ci vise à faire vivre la revue plus longtemps, augmenter la visibilité et faciliter les échanges entre la communauté savante. Dans ce sens, il montre une maîtrise partielle sur les contenus, en tension avec le processus éditorial traditionnel. Avec ces exemples, il explique que la maîtrise commence par le choix des plateformes, la pensée des architectures de connaissances organisant et réorganisant les contenus. Elle inclut l’articulation des ressources externes avec le projet éditorial et l’engagement de la communauté de lecteurs dans les processus d’évaluation ouverte ainsi que pour le commentaire des publications en processus.

Marcello Vitali-Rosati avance les premiers questionnements technologiques à se poser par rapport à la création d’un projet éditorial en ligne. S’il existe de formes d’éditorialisation, alors il y a une composante du geste qui peut être intentionnel. Cette intentionnalité se reflète dans la curation de contenus, dans la sélection des plateformes et leurs avantages d’animation de la communauté. Mais aussi, en fonction de la pensée du rôle d’une certaine collectivité au sein du processus de production de contenu. En conséquence, l’éditorialisation peut être partiellement planifiée et donc conçue. En d’autres mots, je traduis cet article comme la possibilité de proposer un design du processus d’éditorialisation. Ce design constituerait la réflexion aux étapes et à l’anticipation des impacts probables des plateformes sur la circulation de contenus, en fonction de la participation des lecteurs.1

Le corpus et le public analysé par Marcello Vitali-Rosati se différencient beaucoup de ceux que nous mobilisons pour le projet éditorial. Dans les revues savantes, les lecteurs appartiennent au groupe des auteurs. C’est une communauté petite et assez homogène démographiquement : habitué avec le processus éditorial, d’évaluation, d’écriture, avec des sujets de prédilection similaires et un niveau d’éducation élevée. Dans ce cadre, il y a une connaissance préalable des usagers par les éditeurs et les auteurs, même avant l’écriture des articles. Ce n’est pas du tout le cas dans mon projet éditorial. Les contributeurs et les auteurs ne sont pas du tout homogènes. Ils sont unis par leur thème d’intérêt et non par leur appartenance à une communauté savante, ou un groupe social spécifique.

  1. Le design se caractérise par son intentionnalité, sa portée d’imaginaire en vue de prévoir des usages (Koskinen, 2011) []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search