BoD : Gestion de la bibliographie avec Zotero

mdthib (2015) Using Zotero for academic writing

Informations :

Site webhttps://www.zotero.org/
Plateformes Linux, Windows, Mac, Linux, portable
Licence Open Source – Gratuit
Fonctionnalités Gestion et classification de métadonnées bibliographiques pour la génération de bibliographies. Partage de collections par groupes.

Étape du processus de recherche

Je ne me souviens pas de la dernière fois que j’ai fait une biographie à la main. La première année d’université, en 2011, dans le cours de théorie de l’art, j’ai été introduite en un logiciel qui accompagne, depuis, mon parcours académique. Zotero n’est pas une bibliothèque comme Calibre. Dans sa base de données, il ne s’agit pas d’organiser nos fichiers, il s’agit au contraire de sauvegarder nos références bibliographiques.

Ce qui caractérise une référence biographique par opposition à un fichier de notre biographie est sa structure pouvant renvoyer à plusieurs instances d’un unique ouvrage (les chapitres d’un livre, plusieurs pages d’un même site Web). Aussi, un item sur Zotero peut-être un livre, un enregistrement audio, des chansons, des vidéos sur YouTube, des billets de blogue, des conversations, des messages, etc. Nous voyons bien la différence entre cette accumulation de référents et une bibliothèque. De sorte que télécharger une vidéo de YouTube est inutile pour pouvoir la référencer sur notre thèse. De la même façon, nous ne téléchargerons pas nos courriels pour pouvoir les inclure sur Zotero. Par extension, nous pourrions éviter de ce faire avec des articles. Ce que nous voulons, en fait, ce réduit aux métadonnées et le moyen de retrouver la ressource. C’est tout!

Personnellement, je recours à Zotero chaque fois que je rédige un article, un avancement de thèse, à la fin de l’écriture d’une fiche de lecture. Je n’emploie pas Zotero lorsque je trouve une publication puisque je ne suis pas sûre si je vais m’en servir. En conséquence, j’ai déjà lu tout ce qui est répertorié dans ma base de données.

Cela nous pose deux problèmes : le partage de références bibliographiques à travers des groupes Zotero ou l’ajout des références envoyées par des collègues. Je gère ces cas à part, soit dans des collections explicitement créées pour cette fin ou encore je préfère noter la référence dans ma liste de choses à regarder. Regardons comment marche Zotero.

Fonctionnement

Le processus d’utilisation de Zotero se divise en trois parties. La première consiste à importer les références nécessaires pour notre rédaction, la deuxième se déroule tout le temps mais notamment au moment de l’importation des métadonnées, la dernière constitue la déclaration de la bibliographie dans notre document d’écriture.

L’importation de métadonnées

Importer de métadonnées peut se faire de trois façons principales. Je vais les expliquer de celle que j’utilise le plus à celle que j’utilise le moins.

Extension sur le navigateur

Capture sources from the web to your Zotero library
Jack Dougherty (2014) « Capture sources from the web to your Zotero library «  https://epress.trincoll.edu/webwriting/chapter/how-to-zotero/

Extension ajoute un bouton qui permet de moissonner toutes les métadonnées d’une page, de n’importe quelle ressource, sous le format d’une fiche dans la bibliothèque. Pour moi, des plateformes avec beaucoup de métadonnées sont extrêmement séduisantes pour créer des fiches.

Par exemple, lorsque je souhaite référencer un article j’irais sur la site Web de la revue, sur HAL ou le cas échéant je rechercherai l’article dans des réseaux sociaux tels que researchgate que Academia.edu.

Lorsque je veux inclure un livre, je vais me servir soit du catalogue Worldcat, ou encore directement que de la page du livre sur le portail d’Amazon, sinon j’opterai pour chercher sur Google books.

Zotero attribue une icône différente à chaque type d’Item. Idéalement, nous vérifions notre bouton Zotero pour identifier si l’icône représente bien le format de contenu qu’on est en train de sauvegarder.

Baguette magique : ISSN, DOI

Je ne m’en sais presque jamais de la baguette magique. Cependant, parfois, lorsque je possède le DOI ou l’ISBN d’une publication et qu’il me semble difficile à trouver rapidement en ligne, je tenterai ma chance pour inclure la référence de cette manière.

Lecture des métadonnées d’un fichier

Dernière façon, que j’essaie d’éviter à tout prix, c’est la lecture de métadonnées d’un fichier en local. Je m’abstiens de cette technique pour ne pas me retrouver avec des fichiers à l’intérieur de Zotero alors que je les possède déjà sur Calibre. Si, je me sers de cette possibilité, j’élimine tout de suite le document.

Correction des métadonnées

Charlie (2018) dans https://medium.com/@healspersecond/workflow-tips-zotero-word-20fd249af3

Comme avec Calibre, c’est fortement conseillé de réviser ou augmenter tous les espaces de métadonnées qui n’ont pas été ajoutées automatiquement avec cette extension. Typiquement, nous aurons à corriger les titres lorsqu’ils ont été inclus en majuscule, les prénoms qui sont placés au lieu des noms, le manque de numéro d’édition, dans le cas échéant, l’ajout du titre de chapitre d’un livre, etc. En plus, il faut s’assurer que la référence corresponde aux documents que nous avons factuellement lus, tant dans son édition comme dans le numéro de page et le support.

Finalement, nous trouverons constamment des ressources que nous ne savons pas catégoriser parmi les types items que Zotero permet. Quelques décisions que j’ai prises sont :

Les colloques sur YouTube = présentation
Diapositives sur SlideShare ou sur prezi = présentation
Prépublications issues de Hal — si c’est en référence à un colloque : conférence paper
Prépublication d’un article = manuscrit
Publications sur github = Software
Séries = Films

Organisation des collections

Nous pouvons admettre que chacun organise les choses comme il veut. Néanmoins, de plus en plus, je nomme mes collections par rapport à des événements ou des contextes spatio-temporels plus que selon des concepts abstraits. Encore, je fais un classement plutôt pragmatique au lieu de thématique. Voyons la différence :

Par thème

Lorsque je faisais une taxonomie thématique, j’essayais de reprendre les concepts principaux de mes Séminaires, ma recherche en cours. Certaines théories importantes de mon domaine inspirent mon système d’organisation. Souvent, je retrouve un soucis de manque d’homogénéité. Déjà, il y a des concepts voisins (problème de thésaurus). Puis la taille des notions, considérée comme la quantité d’information et de ressources qui puissent lui être liées, varie. De façon inévitable, les taxonomies deviennent de plus en plus complexes sans nécessairement être intelligibles. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre notre temps à corriger nos groupes sur des centaines de fichiers. Mais encore, je fuis les catégories disparates, insaisissables.

Par type de fichier

En plus, Zotero systématise les icônes par rapport au type de ressources, il nous propose déjà une organisation selon les supports. Alors, reprendre cette sorte de division ne nous apporte rien. Ainsi, d’une typologie qui classait les items en interfaces, enjeux de publication, interaction, animation, de méthodologie, je suis passée à un ordre par contexte de rédaction.

L’organisation pragmatique

Sachant que je n’ajoute pas des documents Zotero que je n’ai pas lus, alors je n’ai pas une collection totalement amorphe de textes appelés «à lire». Cela se passe plutôt sur calibre. En conséquence, je n’ai pas non plus de références accumulées sous un label lu. Ce genre de catégories, bien que pragmatiques, sont trop larges et en expansion constante pour devenir utiles. Dans d’autres mots, très vite nous pouvons perdre le contrôle sur le classement.

Déjà, nous pouvons ranger les notices issues des conseils que nous donnent d’autres personnes, ou issus des librairies et bibliothèques de groupe. Je classe cela sous l’intitulé : «Suggéré par». À l’intérieur, se sectionnent des sous-collections indiçant le nom ou le site d’où provient la liste.

Par publication

Mais sinon, je classe les bibliographies par rapport au manuscrit où je m’en suis servie. Par exemple, j’aurais une collection appelée JEU6002. À l’intérieur, je cumule les textes lus pour ce cours. J’aurais un sous-dossier qui repère toutes les sources utilisées pour la création du travail final de rédaction. Je constituerai possiblement aussi une collection appelée ACC Titre court du colloque. À l’intérieur j’aurais des sous-collections par rapport la soumission du résumé, présentation orale, et l’article qui en découle.

Avec ces exemples, nous comprenons de quoi je parle lorsque je dis que j’organise par publication.

Tags

Ce n’est pas pour autant que nous arrêtons de placer une taxonomie conceptuelle. Nous employons l’outil d’étiquetage pour ce propos. Nous essayons de maintenir une quantité réduite de mots (environ 5) à chaque instance. Encore, j’encourage l’utilisation de l’onglet «related» pour tracer des renvois entre plusieurs items.

L’ajout de notes

Aussi, Zotero nous permet d’ajouter des textes directement attachés à chaque item. Je n’utilise que peu cette fonctionnalité puisque j’essaye de rédiger des fiches de lecture publiques. Néanmoins, avec des logiciels comme moon++ reader nous pouvons exporter toutes les annotations faites dans un livrel en HTML. Je colle ces annotations sous forme de note.

Parfois, je me sers de la partie note pour ajouter la table de matières ou l’usage que je fais et que je compte faire de l’item dans un futur. En plus, j’annexe la fiche de lecture associée, si elle est déjà existante.

Les plug-ins

J’encourage l’usage de Zotfile et ZMI deux plug-ins.

ZotFile : Permets la rétribution de toutes les annotations d’un PDF sous forme de notes.
ZMI : Simplifier la communication et la synchronisation entre les métadonnées des ressources sur calibre et celle de Zotero.

L’insertion d’une bibliographie

Zotero propose plusieurs façons de faire l’ajout d’une bibliographie dans un manuscrit. Elles dépendent fortement du type d’applications pour le traitement de texte utilisé.

Barre Zotero sur les logiciels de traitement de texte
Charlie (2018) dans https://medium.com/@healspersecond/workflow-tips-zotero-word-20fd249af3

Word, LibreOffice et Open Office proposent une extension pour jouter des références biographiques. L’usage est très simple, chaque fois qu’une référence est paraphrasée ou citée nous utilisons l’extension pour faire cet ajout. Une barre de recherche va s’afficher sur notre document. Nous allons écrire quelques lettres pour repérer le titre exact de la publication et l’insérer. En plus, dans le cas d’une citation textuelle nous spécifierons le numéro de page. Encore, lors des paraphrases nous accumulerons au besoin plusieurs références dans le même espace. À la fin de la rédaction du document, nous nous appuierons sur le bouton de générer la bibliographie. Automatiquement, toutes les références déjà citées dans le texte apparaîtront dans le bon ordre selon le paramétrage.

Le paramétrage des citations

Dans le menu de préférences du logiciel Zotero, nous pouvons choisir à la fois la langue de citation du document et le format (APA, MLA, Chicago, etc.). Toutefois, de mon expérience, c’est très important de toujours réviser la bibliographie pour repérer s’il y a des éléments manquants ou des maladresses.

utilisation des raccourcis clavier

Lorsque le logiciel d’écriture ne comporte pas une extension pour communiquer directement avec Zotero, ajouter des citations implique de copier et coller les références. Nous mémoriserons ou adapterons deux raccourcis clavier. D’un côté, nous nous servirons de l’option de copier la citation soit en format (auteur, date). De l’autre côté, quand nous aurons fini notre document, nous nous servirons plutôt de l’option de copier la bibliographie complète. Si nous avons organisé nos collections par publication, nous pourrons tout à fait sélectionner la totalité des items de la même collection et les transférer avec notre raccourci clavier «copier une bibliographie». Nous allons insérer tous les titres dans notre manuscrit à la fois. Ils s’afficheront de façon ordonnée et selon le format choisi.

L’exportation pour l’usage de LaTeX et du BibTex

D’autres systèmes par exemple sur LaTeX ou sur Zettlr, nous nécessiterons de l’exportation de notre bibliothèque Zotero sous format BibTex. De façon très simple, nous allons utiliser la fonctionnalité d’exportation de la base de données en format JSON et BibTex. En cochant l’option «maintenir à jour», nous aurons une base de données utilisable par d’autres logiciels qui n’admettent pas la communication directe avec Zotero.

En d’autres mots, il n’a aucune raison pour ne pas utiliser Zotero même lorsqu’on écrit un courriel.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search