Mes Veilles : entre bibliographie et revue de littérature

Je considère que la meilleure façon de raisonner une veille est d’en faire une anthologie annotée des résumés : un format à cheval entre la revue de littérature et la bibliographie.

Le travail intellectuel derrière mes veilles

Souvent, les veilles se présentent sous forme d’une bibliographie. Basé sur mon expérience, le travail intellectuel derrière la création d’une bibliographie implique la recherche de publications autour d’un sujet, la conceptualisation autour de ce sujet pour identifier des mots-clés pertinents, la fouille de bases de données et de catalogues selon ces mots-clés, le parcours de centaines de résultats correspondants à ces requêtes, la sélection de certains titres qui semblent pertinents, et par extension, la mise en avant de textes récents. Cependant, il s’agit aussi d’une formalisation selon les codes conventionnels de la communauté scientifique. Dans mon cas, je préfère utiliser les protocoles de référencement bibliographiques APA, aidé par le logiciel Zotero.

Pour moi, la proposition d’une bibliographie pose plusieurs problèmes. Premièrement, une liste formelle de titres ne révèle pas suffisamment d’information sur les textes sélectionnés. Par exemple, elle ne garde pas une trace de la pertinence de ces textes. Cette liste de titres n’éclaircit pas assez sur le sujet — pas plus que la requête lancée dans le catalogue. Deuxièmement, elle ne s’accompagne pas du protocole utilisé pour la créer. De ce fait, on ne connaît que peu son étendue et si nous l’avons réalisée nous-mêmes, nous avons tendance à l’oublier. Troisièmement, elle documente peu de la lecture des textes, des éléments à mettre en valeur de chaque titre ou des auteurs. En conséquence, elle est très opaque pour la consultation, et donc aussi pour la mémoire.

Le but de cette bibliographie est principalement de servir à l’écriture d’un état de l’art. Montrer, en titres de publication, l’avancement par rapport à une thématique précise.

Par contraste, la revue de littérature est souvent un autre type de formalisation de cette veille qui implique un nouveau travail d’organisation et de construction d’un argumentaire avec les éléments des textes. Dans celle-ci, il y aura un commentaire des publications sélectionnées, des fragments de ces publications qui seront retenues et un positionnement critique face à celles-ci. Souvent, cette revue de littérature est plus une sélection d’arguments prélevés des textes cités dans la bibliographie.

Le problème de la revue de la littérature étant alors qu’il y a déjà eu une couche interprétative très supplémentaire par-dessus les informations. Dans le tissage de l’argumentaire, cette couche est difficilement dissociable des références. En d’autres mots, dans la revue de littérature, il devient plus difficile de revenir en arrière vers la bibliographie, vers la liste de titres, de documents qui ont alimenté la réflexion. Pour revenir aux sources depuis la revue de littérature, un travail supplémentaire d’analyse de ce nouveau texte critique doit être fait.

Dans le cadre de mes recherches, mes objectifs lorsque je fais une veille sont à la fois de :

  1. Montrer un panorama de ce qui est publié, dans la communauté scientifique, sur un sujet
  2. Expliciter les critères et techniques qui m’ont servi à bâtir la liste de résultats de la bibliographie
  3. Réaliser un travail interprétatif préliminaire centralisé sur la totalité des publications choisies
  4. Documenter graphiquement ce processus de lecture critique établissant la pertinence et les affinités entre les publications.

Par la suite, je peux utiliser la veille pour écrire un nouveau texte synthétisant les résultats. Et des billets, comme les fiches de lecture, allant en profondeur sur certains titres appartenant à la veille.

Structure de mes veilles

Les parties

  • Les bases de données consultés
  • Le·s jour·s de la consultation
  • Les mots-clés utilisés pour la requête.
  • Critères d’organisation
  • Anthologie de titres, résumés, mots-clés et pertinence

Les annotations

Je colorie les résumés en quatre couleurs :

Concepts, auteurs et données bibliographiques, définition, éléments directement à citer dans ma thèse, éléments important

La pertinence :

La pertinence est déterminé selon mon sujet de thèse en consultant les résumés, le plan de l’article, l’introduction et la conclusion du texte, considérant le titre du volume s’il s’agit d’un chapitre dans un ouvrage collectif ainsi que prenant en compte si l’auteur est un théoricien très cité dans le domaine. J’établis plusieurs niveaux de pertinence :

  1. +++ : à lire en premier
  2. ++ : à lire bientôt
  3. + : feuilleter
  4. – : pas pertinent pour ma thèse, mais pertinent dans la veille.

En plus, les textes déjà lus et résumés dans une fiche sont accompagné du symbole √. Souvent, ces fiches ne sont pas publiés, encore, dans le carnet.

Les textes plus important de la bibliographie sont mise en avant avec le code graphique de l’encadré gris.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search