FdeL : Sauret (2018) Design de la conversation scientifique

dessin d'un titre écrasé par un livre
Dessinée par XM en 2020

Sauret, N. (2018). Design de la conversation scientifique : Naissance d’un format éditorial. Sciences du Design, n° 8(2), 57‑66.

Ce billet est publié dans l’état « idées principales ». Lire le mode d’emploi de ce carnet pour plus d’information sur les étapes de publication de chaque article.

Résumé

Introduction de la problématique

  • Précurseur : les échanges épistolaires se sont formalisés (éditorialement) en périodique scientifique : partage et écriture
  • Problème : Déphasage entre les pratiques de lecture et d’écriture en SHS.
    • Institutionnel : Prestige des revues > qualité scientifique.
    • Technique : manque de prise en compte des formes d’échanges, des écrits de réseaux.
  • Question de recherche : quel tournant éditorial la revue pourrait-elle alors amorcer pour embrasser pleinement l’environnement numérique ?
  • Hypothèse :
    • Réunir le régime documentaire et le régime sociale dans l’objet de la communication scientifique.
    • Design de la conversation : conception architecturale d’un espace-temps particulier, critique et synthétique.

Antécédence théorique et pratique basé sur le dispositif d’éditorialisation d’événement de Louise Merseau

Une conception particulière de ce qu’est l’éditorialisation et ses possibilités.

Éditorialisation :

  • Constitution + mobilisation de corpus dans le même processus.
  • En temps réel.
  • Dispositif collaboratif : circulation et réécriture dans une même espace contributifs.
  • Espace pour la pensée collective : établit les éléments de favoriser la circulation et la redocumentarisation. –> créant des « gloses »
BienveillanceRéflexivité (immédiate)AppropriationDistance
Contrainte créative qui permet aux usagers faire confiance et participerModularité et diversité : fragmentation des taches selon les compétences et intérêts et respectant la participation de chacunL’équipe de design du dispositif pense l’objet pour le prédisposer à son appropriation.un protocole éditoriale qui conditionne les écritures se base sur la littératie numérique des participant’e’s.
Transparence : Visualisation du processus contributif en temps réel. L’affichage en temps réel algorithmique, un réajustement aussi en temps réel peut se faire par la communauté collaboratrice.L’appropriation passe par des « actions dispositives » : des gestes d’éditorialisation dont : sélectionner, organiser, et réécrire les ressources.La glose qui se crée selon ce processus dépend des associations de fragments qui permettent une distance critique de l’objet lu grâce à cette éditorialisation.
Synthèse des qualités du dispositif d’éditorialisation

Définition de conversation basé sur son implémentation dans la revue sens public

  • Sens public est un exemple de nouvelle entrée dans la revue et un format éditorial.
  • Protocole éditoriale qui structure l’expression pour l’écriture des gloses. Servir à parcourir des chemins d’interprétation dans les sens et la façon dont il se sont créer –> peformativement. La forme du dispositif doit traduire le processus de sa constitution.
  • Modélisation : Sauret propose les éléments constitutif de la conversation scientifique par étapes.
    1. Modélisation informationnelle : Il explique alors quelles sont les associations qui peuvent être faites procéduralement selon ces éléments. Ses associations vont elles mêmes non seulement lier des documents mais aussi la communauté et les contributeurs des ressources.
    2. Modélisation communicationnelle : Formalisation des usages principaux que les usagers font des revues scientifiques dans un format.
    3. Spatialisation : visualisation des échanges puis présentation des éléments aux participants en fonction de leur engagement. Cohabitation entre la mise en forme procédurale et l’écriture humaine.

Sens public essaye d’intégrer les pratiques de communication des réseaux sociaux à la production scientifique. L’objet éditorial façonne la collaboration mais fait entrer en dialogue constant les machines avec les personnes, de façon à avoir une médiation et codesign de cette conversation.

Citations

Cette dernière se concrétise dans le dispositif analysé à travers les « actions dispositives » des individus lorsqu’ils sélectionnent, organisent et réécrivent les ressources, autrement dit lorsqu’ils les « éditorialisent » (Merzeau, 2013, p. 111).

¶ 16

l’éditrialisation est un type d’appropriation, lorsqu’elle implique des activités interpretatives… ?

Aux fonctions éditoriales traditionnelles de sélection, de mise en forme et de diffusion (Vitali Rosati et Epron, 2018), s’ajoute cette nouvelle fonction consistant pour les institutions et les éditeurs numériques à élaborer les dispositifs d’éditorialisation prédisposant les ressources à leur appropriation.

¶ 17

le texte donne des opportunités spécifiques aux usagers, à travers de sa constitution en dispositif

Le dispositif instaure en effet un « protocole » éditorial précis qui conditionne les réécritures.

¶ 18

Concepts

actions dispositives –> éditorialiser

Conversation

La Conversation consiste en effet à mobiliser, autour d’une problématique donnée, la communauté (les éditeurs, les auteurs (d’articles), les lecteurs-contributeurs) et les ressources internes ou externes à la revue, à travers des actions de réécritures relevant de l’appropriation, de l’association, et finalement de l’interprétation des textes initialement proposés.

¶ 22

Utilité – Critique

Sauret montre comment le design du dispositif façonne la réception et l’appropriation des connaissances.

  • Engagement sociale avec les dispositif : À travers des possibilités numériques de l’échange une ouverture à la subjectivation et d’appropriation de connaissances est possible. Cette appropriation implique la contribution et l’échange médiés par des technologies numériques.
  • Processus à la fois itératif et participatif : Le potentiel critique et interprétatif d’un usager des dispositif d’éditorialisation dépend de la possibilité de comprendre et voir le processus se déployer en temps réel. Cette affichage dynamique laisse l’usager interagir avec la machine avant le résultat final. Donc c’est un
  • Le dispositif façonne la réception : Ce dispositif montre qu’il y a des manières de façonner la participation avec un dispositif selon le design de celui-ci et l’anticipation des possibilités de l’éditorialisation en fonction aussi des environnements techniques. En tant qu’environnement technique ça implique la littératie des usagers et l’usage de deux des ces principales capacités l’affordance encyclopédique et spatiale (Murray, 2012 et Murray, 1997). Dans ce cas, la création d’associations navigables par fragments.
  • La manière dont Sauret pense la conversation implique une formalisation des contenus et des usages possibles liés à la production scientifique.
  • Il pense à trois types d’éditorialisation [que je peux reprendre pour mon prototype] :
structure du contenu et donnés bibliographiquessur l’association interpretative basé sur les usagesvisualisation.
éléments données : problématique, mots clés, fragments inférés sur les mots clés, références, fils de discussions associésajouter une référence, une citation, une annotation d’article, répondre à un élément d’une conversation, ouvrir un sujet, étiqueter un élément, catégoriser, voter, associer une ressource ou commentaire, proposer une section, proposer des sections, établr une collection, sélectionner, réorganiser.un retour imagé par une carte de connaissance associant les activités des personnes avec les possibilités procédurales de la machine.
Affordance encyclopédique : les ontologies, le vocabulaire contrôlé, la segmentation des contenus et l’indexation. Cela crée un espace navigable selon la structuration.Affordance participative et description des fonctionnalités. Il répond à la question de comment les personnes peuvent interagir. Sauret essaye d’établir les besoins fonctionnels du système, les « technical features » tel que définis par Jesse Garrett. L’espace devient navigable selon ce que les contributions. Affordance procédurale et design de surface : calcul en temps réel des interactions se base sur un retour de la machine et donne une perception de contrôle aux usager’e’s.
Affordances selon les types de modélisations pour l’éditorialisation.

Le design de la conversation proposé par Sauret peut rejoindre et être plus détaillé en termes de design d’interface grâce à des concepts et des théories venant de la discipline de design numérique dont Murray, Garrett ou Hassenzhal. Ici il démontre les usages et la façon dont peut être conçue la conversation, mais cela reste abstrait et dans le plan de « la stratégie » (Garrett, 2011). Des scénarios d’usage et une architecture d’information du dispostif conçu participeraient à la transparence dispositive dont il parle.

Lire après

  • MERZEAU, L. (2013). Éditorialisation collaborative d’un événement. Communication et organisation, (43), 105-122. doi :10.4000/communicationorganisation.4158
  • MEUNIER, J.-G. (2017). Humanités numériques et modélisation scientifique. Questions de communication, (31).
  • VITALI ROSATI, M. ET EPRON, B. (2018). L’édition à l’époque du numérique. Paris : La découverte.
  • ZACKLAD, M. (2012). Organisation et architecture des connaissances dans un contexte de transmédia documentaire : les enjeux de la pervasivité. Études de communication. Langages, information, médiations, (39), 4163. doi :10.4000/edc.4017


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search