BoD : Dans quelles revues publier au 71 ?

Mon encadrante de recherche en France, Clarisse Bardiot, m’a expliqué comment marche la «qualification en France». Cet aspect est uniquement français. Je ne le comprends pas tout à fait. Cependant, si on veut être professeur universitaire en France, il est indispensable d’avoir une qualification dans un domaine spécifique. Comme c’est mon cas, je suis son conseil.

Le comité évaluant les qualifications se base directement sur la communication dans une liste de revues particulière. La publication dans d’autres types de textes est peu valorisable.

Dans mon domaine il y a une liste publique, la voici :

https://www.sfsic.org/index.php/infos/liste-des-revues-qualifiantes-en-71eme-section

De quoi s’agit ce billet

Dans ce billet, je ne fais pas un apport scientifique. Je fais une sélection des revues plus pertinente pour ma thèse. L’objectif sera de m’en servir de cette liste par la suite pour publier un article. Pour créer ce texte, j’ai consulté le site web de chaque revue. J’ai regardé plusieurs de ses numéros disponibles pour trouver des articles concernant mon sujet de recherche. J’ai repris leur ligne éditoriale pour pouvoir comme aperçu sur le contenu de chaque une. Ce billet est une agrégation manuelle de leurs contenus.

Dans la suivante partie, j’indique le nom et le site web des revues sélectionnés. Je rediffuse quelques paragraphes des lignes éditoriales en soulignant en gras les points portant sur mon sujet de thèse. Je reprends une liste des quelques articles intéressants à regarder.

Les revues

Cahiers du numérique (Les) (1622-1494,2111-434X)

Informations

Site web : https://lcn.revuesonline.com/accueil.jsp ou https://www-cairn-info.acces.bibl.ulaval.ca/revue-les-cahiers-du-numerique.htm

Cette revue n’as pas de RSS ni d’appel a communication.

Éditorial

Le numérique fait figure de paradigme technologique majeur pénétrant toutes les activités humaines et conduit à repenser aussi bien les systèmes techniques que les systèmes sociaux. L’objectif premier des Cahiers du numérique, au travers de ses numéros thématiques, est la mise à disposition d’un corpus précis sur les fondements techniques et sociaux de ces évolutions.

La revue Les Cahiers du Numérique (LCN) publie quatre numéros thématiques par an. Chaque numéro placé sous la responsabilité scientifique d’un coordonnateur, fait l’objet d’un appel à communications. un comité scientifique spécifique à chaque numéro assiste le coordonnateur dans l’évaluation des propositions soumises, selon les modalités indiquées dans l’appel à communications.

Quelques articles intéressants


1. Dénumériser le logiciel : Une nouvelle stratégie pour la préservation à long terme des artéfacts logiciels (Karim Barkati)
2. Les visualisations de données inspirées par le jeu et la conception par disengamement (Stéphane Goria)
3. Accompagner le chercheur en SHS à l’ère des humanités numériques :des outils pour le développement d’une activité cognitive augmentée (Chrysta Pélissier)
4. Pratiques info-communicationnelles des usagers des dispositifs numériques Théorie de l’acteur-réseau
(Hatim Boumhaouad)
5. Analyser avec des outils descriptifs et statistiques des infographies d’infographies Questionner les processus de visualisation
Marie Pérès
Dans Les Cahiers du numérique 2016/4 (Vol. 12), pages 65 à 92


DMS-DMK. Distances et médiations des savoirs (1765-0887,1965-0167)

Informations

Site web : https://journals.openedition.org/dms/
Flux RSS :

Fil des documents : http://journals.openedition.org/dms/backend?format=rssdocuments
Fil des comptes rendus : http://journals.openedition.org/dms/backend?format=rssdocuments&type=review
Fil des numéros : http://journals.openedition.org/dms/backend?format=rssnumeros

Éditorial :

Distances et médiations des savoirs s’intéresse, tout au long de l’année et parallèlement aux appels à contributions thématiques, aux propositions d’articles ayant pour objet l’étude des rôles de la distance et des médiations dans l’accès aux savoirs, l’enseignement à distance, et plus largement tout dispositif de formation innovant par l’implication de divers types de distance (géographique, temporelle, culturelle, linguistique…) dans ses modalités.

Les articles en français ou en anglais comporteront une approche réflexive, heuristique ou critique des problèmes liés aux innovations technologiques et organisationnelles de la formation à distance, aux mutations des institutions et politiques dans les domaines concernés ainsi que des enjeux communicationnels, éducatifs et pédagogiques, économiques, sociologiques et philosophiques des pratiques nouvelles d’enseignement et d’apprentissage médiatisés.

Le quatrième numéro de l’année civile (en décembre) est dorénavant un numéro varia. Les articles soumis et acceptés suffisamment tôt dans l’année peuvent ainsi être publiés à temps pour figurer dans les dossiers universitaires habituels.

Consignes : https://dms.revues.org/75


Games and culture (1555-4120,1555-4139)

Informations

Site web : https://www.uk.sagepub.com/journals/Journal201757?siteId=sage-uk&prodTypes=any&q=Games+and+Culture&fs=1

Flux RSS : https://journals.sagepub.com/rss/gaca
YouTube : http://www.youtube.com/user/sagepublications

Editorial

Games and Culture: A Journal of Interactive Media is an international journal that publishes innovative theoretical and empirical research about games and culture within interactive media. The journal serves as a premiere outlet for ground-breaking work in the field of game studies.

Games and Culture’s scope includes the socio-cultural, political, and economic dimensions of gaming from a wide variety of perspectives, including textual analysis, political economy, cultural studies, ethnography, critical race studies, gender studies, media studies, public policy, international relations, and communication studies. Other arenas include the following:

  • Issues of gaming culture related to race, class, gender, and sexuality
    • Issues of game development
    • Textual and cultural analysis of games as artifacts
    • Issues of political economy and public policy in both US and international arenas

Of primary importance will be bridging the gap between games studies scholarship in the United States and in Europe.

One of the primary goals of the journal is to foster dialogue among the academic, design, development, and research communities (…) A second goal is to examine how gaming and interactive media are being used outside of entertainment, including in education, for the purposes of training, for military simulation, and for political action.

Games and Culture: A Journal of Interactive Media invites academics, designers and developers, and researchers interested in the growing field of game studies to submit articles, reviews, or special issues proposals to the editor. Games and Culture is an interdisciplinary publication, and therefore it welcomes submissions by those working in fields such as Communication, Anthropology, Computer Science, English, Sociology, Media Studies, Cinema/Television Studies, Education, Art History, and Visual Arts.

Modalité de soumission

All submissions are peer reviewed by two or more members of the distinguished, multi-disciplinary editorial board. Games and Culture aims to have all papers go through their initial review within three months of receipt. Manuscripts should be submitted electronically in Word or Word Perfect format and conform to the Publication Manual of the American Psychological Association (Fifth Edition) and should not exceed 8,000 words in length. Papers that do not conform to these guidelines will be returned to the author(s).

All submissions are to be formatted for 8½” × 11? paper with 1½” margins. All copy, including captions, footnotes, tables, and references, must be typed double-spaced, in 12-point Times New Roman font. An abstract of no more than 150 words, 4-5 keywords, and a brief biographical statement for each author must accompany each submission. The abstract and keywords should be placed on a separate page immediately after the title page. All figures, tables, charts, and other artwork should appear at the end of the manuscript and must be cited in the text with appropriate descriptive headings. All artwork must also be submitted in high-resolution electronic form. (High-resolution images should come in a separate file from the manuscript).


Interfaces numériques (2258-7942)

Site web : https://www.unilim.fr/interfaces-numeriques/index.php
Flux RSS : https://www.unilim.fr/interfaces-numeriques/index.php?page=backend&format=rssdocuments
Cette revue fait des appels à communication pour chaque numéro.
Périodicité : 3 numéros / an

Éditorial

Interfaces numériques est une revue scientifique internationale spécialisée dans le design numérique. Elle a pour objectif de faire coopérer des professionnels, des chercheurs universitaires et des chercheurs en école de design sur des problématiques liées au design numérique que les sciences humaines traitent avec une ouverture pluridisciplinaire réelle.

Chaque numéro d’Interfaces numériques se compose :

  • d’un dossier thématique en trois parties :
    •  « Entretiens » constituée de 2 ou 3 entretiens avec des professionnels ;
    •  « Articles de recherche » constituée de 6 à 8 articles ;
    •  « Jeunes chercheurs » dédiée aux doctorants ou jeunes docteurs avec 2 articles ;
  • d’une partie « Notes de lecture » qui permettra une veille documentaire critique ;
  • d’une partie « Recensions d’ouvrages » qui fera un état des lieux de revues, de livres publiés dans le domaine.

Quelques articles intéressants :

Gaudenzi Sandra et Gantier Samuel, « Vers un canevas méthodologique pour le design d’œuvres audiovisuelles interactives », Interfaces numériques, 2018, vol. 7, n°3, consulté le 20/02/2020, URL : http://dx.doi.org/10.25965/interfaces-numeriques.3649

Vial Stéphane, « Pour introduire le « playsir » », Interfaces numériques, 2014, vol. 3, n°1, consulté le 19/02/2020, URL : http://dx.doi.org/10.25965/interfaces-numeriques.1004


MEI. Médiation et information (1252-0993)

Site web : https://www.mei-info.com/
RSS : https://mei-info.com/contribuer//feed
Périodicité : 2 numéros par années

Éditorial :

Focused on a specific topic or subject, each issue of MEI ‘Mediation & Information’ comprises of two parts. The first part is devoted to an interview with people working in the subject area addressed in the issue. The second part comprises of around fifteen research articles.

Modalités de soumission :

Les propositions devront comporter :

  • un titre ;
  • un résumé d’environ 300 à 500 mots ;
  • 5 à 10 mots clefs ;
  • les informations sur le ou les auteurs : nom, affiliation institutionnelle, fonction, adresse professionnelle, numéro de téléphone et courriel.

Un appel à communication est fait pour chaque numéro.

Quelques articles :

Everardo REYES, « Éléments pour une analyse sémiotique du design numérique : le cas des «cultural analytics» », MEI : Information et Mediation #41 [En ligne], Mis en ligne le 26 janvier 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://mei-info.com/revue/41/143/

María Inés LAITANO – Philippe BOOTZ, « Design d’interfaces : du dialogue homme-machine au support médiatique », MEI : Information et Mediation #41 [En ligne], Mis en ligne le 26 janvier 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://mei-info.com/revue/41/70/

Mobile Media & Communication (20501579, 20501587)

Informations

Site web : https://journals.sagepub.com/home/mmc
Flux rss : https://journals.sagepub.com/rss/mmca
Périodicité :

Editorial

The journal embraces both quantitative and qualitative approaches to the study of mobility in communication, but above all aims toward state-of-the-art methodology. While the center of gravity lies in social sciences and humanities, the journal is open to research with technical, economic, and design aspects, provided they help to enlighten the social dimensions of mobile communication.

Mobile Media & Communication examines the phenomenon of mobility in communication – that is, what is understood as mobile media and communication, but also emerging phenomena such as mobile and ubiquitous computing. Contributions may include, but are certainly not limited to, explorations of the following topics:

  • Mobile communication as an innovation, including the emergence of new usage forms, the negotiation of norms, and symbolic representation by producers and users
  • The interrelationship of this nearly ubiquitous technology and the users’ everyday lives
  • The embeddedness of mobile communication within social networks, and the mutual shaping of technology and social structure
  • **Local cultures and forms of use of mobile communication ** !!!
  • Mobile communication in developing countries !!!!
  • Mobile communication and gender
  • Specific methodologies that address the mobile character of the phenomenon: ethnography, observation, network analysis, experience sampling, and other still emerging methods
  • Mobile learning and education.
    Persuasion through mobile media in various domains
  • History of mobile media
  • Journalism and mobile media
  • Specific methodologies that address the mobile character of the phenomenon: ethnography, observation, network analysis, experience sampling, and other still emerging methods !!!

Article Types :

Mobile Media & Communication publishes original research articles (~8,000 words) examining the phenomenon of mobility in its meeting with communication. We are also interested in emerging phenomena such as mobile and ubiquitous computing.


RIHM Revue des interactions humaines médiatisées, Journal of human mediated interactions (1289-2963)

Site web : http://europia.org/RIHM/
Flux Rss :
Périodicité :

Éditorial :

En effet, la numérisation massive des échanges et de la diffusion transforme en profondeur la relation entre l’usager et les médias, à la fois au sens de données de toutes natures (textes, images fixes et animées, sons …) et au sens d’instances éditoriales de masse ou communautaires. Internet, le Web et les blogs, mais aussi la Télévision Mobile Personnelle, les pod-casts, la V.O.D., les services accessibles en téléphonie mobile, etc. modifient les contenus et les programmes, impulsent l’émergence de nouvelles écritures, mais bouleversent aussi les économies en place ainsi que les pratiques de communication interne et externe des organisations et le travail collaboratif , créent des espaces contributifs d’expression individuelle et collective, redéfinissent les frontières entre professionnels et amateurs.

La circulation sociale des objets, les conditions de formulation des énoncés, l’appropriation par les usagers, les fonctionnalités proposées, mais aussi les modes d’interaction et d’échange ou la construction de l’espace public en sont affectés. De nombreuses évolutions s’inscrivent dans une progression en continuité de pratiques historiquement éprouvées. A contrario, de nouveaux environnements font leur apparition (mondes virtuels, réalité augmentée, espaces collaboratifs . ). De nouveaux outils (recherche d’information, fouille de données, structuration des archives, sémantisation des contenus, exploitation des traces. ) permettent des modalités de conservation et d’accès renouvelées.

La revue a pour ambition de publier les travaux de recherche centrés sur ces problématiques. Elle appelle des contributions interdisciplinaires en psychologie, sociologie, sciences de la conception, sciences cognitives, ergonomie, informatique, applications logicielless, innovation et créativité. Elle est particulièrement attentive aux apports de la science de l’information-communication dans le domaine.

Les rédacteurs en chef : Sylvie Leleu-Merviel et Khaldoun Zreik

Thèmes de la revue

La liste des thèmes couverts par la revue n’est pas limitative. À titre indicatif, quelques thèmes possibles

Cognition , information et communication

  • Circulation sociale des objets de médiation
  • Médias et émotions
  • Médiations sonores, tactiles, olfactives et gustatives
  • Modalités d’appropriation par les usagers
  • Modèles de l’interactant, du lecteur ou du rédacteur
  • Modèles du < information broker >
  • Numérisation de l’information et des communications
  • Réception et usages des médias
  • Relation entre usagers via les médias
  • Sémiotique cognitive Conception (Approches et méthodologies)
    • Collecticiels et travail coopératif
    • Conception de la communication
    • Conception des objets communicants
    • Conception des objets communicationnels
    • Conception de l’information
    • Conception des objets informationnels
    • Conception des systemes interactifs
    • Ingénierie du document
    • Modélisation et scénarisation
    • Nouveaux environnements de travail
    • Nouvelles écritures Ingénierie documentaire et nouveaux médias
    • Document électronique
    • Ecritures et informations graphiques
    • Ethique et droit
    • Hypertextes, hypermédia
    • Multimédia interactif
    • Navigation dans les hyper-documents
    • Réalité augmentée
    • Réalité virtuelle
    • Recherche d’information
    • Systèmes d’information Interactions : formes, technologies, ergonomie
    • Agents intelligents communicants
    • Conception interactive
    • Dialogue homme-machine
    • Évaluation des systèmes interactifs
    • Ingénierie des systèmes interactifs
    • Médias et convergence
    • Modes et modalités d’interaction
    • Tâche et activité
    • Technologie des systèmes interactifs
    • Émergence des réseaux sociaux
    • Impacts sociétaux des nouvelles technologies
    • Nouveaux espaces d’expression
    • Perceptions de l’espace
    • Perceptions des médias
    • Perceptions du temps

Modalités de soumission.

Pas plus de 30 pages. ACC permanent.

La revue appelle des contributions inter-disciplinaires en psychologie, sociologie, sciences de la conception, science cognitive, ergonomie, informatique, application logicielle, innovation et créativité. Elle est particulièrement attentive aux apports de la science de l’information-communication dans le domaine.


Tic & société(1961-9510)

Site web : http://journals.openedition.org/ticetsociete
Flux RSS : http://journals.openedition.org/ticetsociete/backend
Périodicité :

Éditorial

La revue est consacrée à l’analyse des rapports entre les technologies de l’information et de la communication (TIC) et la société. Nous sollicitons les textes qui traitent de problématiques communicationnelles tout en accordant une place centrale à leur dimension sociale dans le cadre d’une perspective critique, entendue d’un point de vue théorique, méthodologique ou épistémologique. Les contributions, soit à dominante théorique, soit à dominante empirique, doivent intégrer une approche analytique fondée sur un cadre conceptuel et méthodologique bien défini.

Reprenant ce qui faisait l’originalité de la revue initiale, chaque numéro porte principalement sur une thématique qui est traitée dans quatre ou cinq textes. Chacune d’entre elles est confiée à un coordinateur, une coordinatrice. Les contributions sont jugées à l’aveugle par deux évaluateurs-trices. Instrument de diffusion scientifique en langue française, la revue accepte les textes inédits dans cette langue tout en publiant aussi des résumés en anglais et en espagnol qui doivent être fournis par l’auteur-e avec son manuscrit. La composition des comités éditorial et scientifique témoigne à la fois du caractère francophone et international de la revue.

La revue est électronique car les coûts de production et de diffusion sont moindres, mais aussi parce que l’accès à un plus large public y est facilité à l’échelle internationale. L’adresse est la suivante : http://www.ticetsociete.org. Toutefois, nous gardons l’ancien format de la revue, à savoir une publication au numéro et à date annoncée. Deux numéros devraient être mis en ligne par an.

Modalités de soumission :

Il existe un ACC permanent et une soumission varia.

Soumission varia

La revue tic&société publie des numéros Varia offrant ainsi l’opportunité aux chercheur.e.s de faire paraître des articles indépendants. Par conséquent, nous encourageons les chercheur.e.s, les jeunes docteur.e.s et les doctorant.e.s à proposer toute contribution touchant à l’une thématique couverte par la revue. Pour une liste exhaustive des sujets privilégiés par tic&société veuillez consulter la politique éditoriale.

Les auteur.e.s sont invité.e.s a suggérer deux évaluateurs potentiels.

Thématique : Logique algorithmique et reproduction sociétale : les médiations sociales saisies par les algorithmes

https://journals.openedition.org/ticetsociete/2989#tocto1n1

Dossier coordonné par André Mondoux, Marc Ménard et Maxime Ouellet,
Professeurs à l’École des médias (UQAM) – membres du CRICIS
Thématique

Dans la foulée des travaux critiques sur le Big Data, l’économie des traces et la gouvernementalité algorithmique, ce numéro thématique de tic&société portera sur l’analyse du phénomène des données massives sous l’angle d’un dispositif algorithmique de cueillette et d’accumulation des données qui permet leur traitement par des mécanismes d’intelligence artificielle tels que l’apprentissage-machine, l’apprentissage profond, le data-mining, etc.. Plus spécifiquement, ce numéro entend interroger les conséquences de ces dispositifs d’automatisation de la production, de la circulation et de la consommation des données sur les modalités de reproduction sociétale.

Dans le champ des théories critiques, un certain nombre de travaux contemporains font état de la mise en place d’une nouvelle logique de régulation sociétale apolitique, anormative et opérationnelle (Freitag, 2013) qui s’instituerait avec la numérisation généralisée des sociétés. Ces nouvelles manières de réguler la pratique sociale au moyen d’algorithmes sont tantôt nommées « gouvernementalité algorithmique » (Rouvroy et Berns, 2013) ou encore « société automatique » (Stiegler, 2015). Ces travaux soutiennent notamment que l’utilisation des données massives à des fins de personnalisation, de microciblage ou d’optimisation des processus de prise de décision par gestion prédictive au moyen d’algorithmes ou par l’apprentissage machine, participerait d’une mutation des sociétés qui marquerait une rupture avec les idéaux sur lesquels s’étaient édifiées les sociétés modernes.

On reconnaît généralement que la modernité s’est instituée à partir d’un ensemble de médiations sociales permettant aux sociétés de penser réflexivement leurs pratiques. Les sociétés modernes reposent notamment sur des médiations symboliques et culturelles orientant significativement la pratique sociale au sein d’un monde commun (Freitag, 2011). Elles se caractérisent également par la mise en place de médiations politico-institutionnelles permettant aux sociétés de se donner réflexivement des finalités collectives qui se légitiment au moyen d’une délibération rationnelle au sein d’un espace public politique (Habermas, 1993). Qu’advient-il lorsque ces médiations sont court-circuitées ou encore remplacées par des procédures automatisées de prises de décision fonctionnant au moyen d’algorithmes auto-apprenants ? S’agit-il d’une rupture avec un certain idéal que s’est donné le monde moderne ou encore **d’une radicalisation de certaines de ces dimensions constitutives **?

Les études critiques en communication sont bien placées pour analyser ces processus puisque les dispositifs de Big data et d’intelligence artificielle reposent sur une idéologie de la communication (Breton et Proulx, 2002), laquelle possède comme spécificité de se présenter comme l’expression immédiate du réel (Sfez, 1992). Selon cette logique, qui tire ses origines de la cybernétique, les sociétés n’auraient plus besoin de passer par des médiations symboliques et politiques pour permettre leur reproduction (Lafontaine, 2004).

Cette réflexion apparaît d’autant plus nécessaire que les discours promotionnels tenus à la fois par les puissances économiques et politiques entourant la numérisation des sociétés soutiennent que la mise en place de mécanismes de régulation sociale non coercitifs et efficients au moyen d’algorithmes auto-apprenants serait en mesure de prendre des décisions de manière automatisée et hautement rationalisée en évacuant la subjectivité humaine (Cukier et Viktor Mayer-Schönberger, 2013), et ce, dans l’ensemble des sphères de la pratique sociale : villes intelligentes (Kitchin, 2015), santé (Swan, 2009), économie (Brynjolfsson et McAfee, 2014), sécurité (Amoore, 2013), finance (Arnoldi, 2016 ; Pasquale, 2015), médias (Anderson, 2011), politique (Harsin, 2015), etc. Pourtant, alors que ces logiques algorithmiques ont la prétention d’évacuer la part de subjectivité inhérente à toute dynamique de régulation sociale, **la notion de « social » semble paradoxalement omniprésente à l’ère numérique (médias sociaux, social analytics, innovation sociale, etc.) (Davies, 2015). **

Dans ce contexte, la plupart des travaux dans le domaine des études en science, technologie et société (STS Studies) qui déconstruisent la boîte noire des algorithmes visent à remettre en question la séparation entre la sphère de la technique et la sphère du social en montrant que l’adoption d’un type de technologie particulier découle de choix sociaux. Comme le soutient Feenberg, si les approches constructivistes dominantes dans le champ de la sociologie de la technique ‒ notamment la théorie de l’acteur-réseaux (Callon, Law, Rip, 1986 ; Latour, 1991) ‒ dé-réifient les dispositifs technologiques et remettent en question les postulats du déterminisme technologique, « elles refusent de s’affronter aux grands enjeux généraux de la modernité qu’avait soulevés l’école de Francfort » (Feenberg, 2004 : 9). Ces approches ne s’intéressent généralement qu’à des cas particuliers et n’interrogent pas les conséquences sociales des choix technologiques en termes de rapports de pouvoir et de domination globaux (Winner, 1993).

Pourtant, une des visées de toute théorie critique est de saisir dialectiquement comment des phénomènes techniques, culturels et socio-politiques particuliers s’inscrivent dans une totalité sociétale (Fischbach, 2009). Force est de constater que les sciences humaines et sociales auraient intérêt à saisir ces enjeux à partir d’une démarche s’inspirant des théories critiques de la technique (notamment Marx, Ellul, Mumford, Innis, Foucault, Marcuse, Habermas, Heidegger, etc…) afin de comprendre les conséquences au plan social-historique des nouvelles formes de régulation sociétales induites par les données massives, l’intelligence artificielle et les algorithmes.
Axes de la thématique :

  1. Épistémologique

Alors que la science moderne se caractérisait par une visée de connaissance réflexive de la réalité fondée sur un idéal de vérité, dans la (techno)science postmoderne, qui est traversée par une logique de marchandisation et la numérisation de la connaissance (Lyotard, 1979 ; Stiegler, 2012), le nouveau critère de validation du savoir ne serait plus la Raison, mais plutôt la performativité. Dans ce contexte, les nouveaux outils de traitement des données massives ont la prétention de saisir immédiatement le réel sans passer par les théories scientifiques (Anderson, 2008). Quelles sont les conséquences sociales de cette transformation épistémologique ? Comment réactiver les conditions de possibilité de la critique sociale, dans la mesure où ces dispositifs ont la prétention de produire des normes qui seraient l’expression immédiate du réel ? Assistons-nous à une crise des régimes de vérité (Rouvroy et Stiegler, 2015) ou entrons-nous plutôt dans un nouveau régime de post-vérité (Harsin, 2015) ?

  1. Médiatique

De plus en plus, les discours politiques au sein des médias socionumériques sont automatisés, tant sur le plan de la production que de la distribution et de la consommation. Le microciblage des comportements individuels semble éloigner les citoyens des valeurs collectives (le cas de Cambridge Analytica) et confine les sujets dans leur dynamique de personnalisation (echo chamber) (Jacobson, Myung et Johnson, 2016). De plus, l’espace public « numérique » doit désormais composer avec la prolifération d’opinions, rumeurs et fausses nouvelles, sans compter les ingérences interétatiques (Shorey & Howard, 2016). Quelles sont les conséquences de ces diverses manifestations que prend la gouvernementalité algorithmique sur l’espace public ?

  1. Culturel-symbolique

En quoi les logiques d’automatisation et d’industrialisation des médiations symboliques (Mondoux et Ménard, 2018) sous la forme de systèmes de recommandation permettant la personnalisation des offres de contenu culturel et médiatique transforment-elles la capacité des sociétés à produire une culture commune ? Comment les transformations culturelles induites par ces sémiotiques machiniques/a-signifiantes (Lazzarato, 2006) affectent-elles les modalités générales de reproduction sociétale ?

Thématique : Objets connectés

  • toutes deux importantes en ce qui concerne la confiance et l’appropriation de ces nouveaux outils numériques (Chouk et Mani, 2016).
  • transparence des algorithmes, en particulier pour les objets connectés destinés au grand public qui sont parfois déployés sans véritables évaluation et concertation entre professionnels, industriels et usagers (Simon, 2017).
  • En tant qu’objets info-communicationnels, ils modifient nos modes d’interaction avec les objets (Hoffman et Novak, 2015) et avec les individus, mais ce sont également les rapports réflexifs à soi-même qu’ils intensifient (Pharabod, 2013 ; Arruabarrena, 2016). Le caractère interventionnel (Cambo, 2016) ainsi que leurs effets info-communicationnels de rétroactions automatisées sur l’individu ne sont pas non plus questionnés (Arruabarrena, 2016).
  • Cette problématique sur les usages renvoie à celle de la conception des dispositifs des objets connectés qui aujourd’hui est essentiellement fondée sur des approches comportementales, telles que la captologie, le design persuasif (Fogg, 2002) ou encore celle du « nudge » (principe du coup de pouce) (Thaler et Sunstein, 2009).

Dans le numérique en santé par exemple, ces stratégies peuvent prendre des formes inattendues, par exemple, avec les systèmes de ludification (gamification) que l’on retrouve dans les traceurs d’activité́ de type « Nike+ » ou « Fitbit » (Whiston, 2013), qui sont conçus pour orienter la gestion des pratiques de santé par le jeu et influencer de manière « douce et ludique » l’acceptation de nouveaux comportements. Si ces méthodes de design peuvent être pertinentes dans certains cas, elles comportent le risque que leur caractère prescriptif réduise l’humain à ses comportements cognitifs et transforme le citoyen en simple consommateur (Morozov, 2012), déplaçant de fait la responsabilité collective vers l’individu devenu seul responsable de ses pratiques en santé comme en écologie, au détriment d’un projet collectif plus global au niveau de la société (Del Río Carral et al., 2016). En ce sens, les objets connectés interrogent l’instrumentalisation des comportements individuels comme forme contemporaine de biopouvoir (Lupton, 2016) instituant « un « gouvernement des comportements ».

Cet appel à contribution a pour objectif d’inviter à s’interroger sur les enjeux de société que posent les objets connectés. Ces réflexions développeront des points de vue originaux et critiques sur le développement des technologies connectées et sur leurs implications pour les individus et la société dans des domaines aussi variés que la santé, l’écologie, l’éducation, l’habitat, etc.

Les axes pourront porter sur les thèmes suivants sans forcément s’y limiter :

  • Les enjeux de société (d’ordre politique, économique, juridique, épistémologique, etc.) ;
  • Les usages (études d’usage empiriques sur des cas d’applications, modélisation des usages) ;
  • La conception (design) de dispositifs « objets connectés » (objet-application-plateforme de données) avec des propositions de modèles théoriques de conception, y compris selon les nouvelles méthodes de co-conception entre concepteurs et usagers ;
  • Les méthodes d’évaluation sociologiques sur les usages d’objets connectés.

Une attention particulière sera donnée aux propositions concernant les questions éthiques en lien avec les objets connectés.

Quelques texte de la biblio intérréssants :

  1. Fogg, B. J. (2002). Persuasive technology: using computers to change what we think and do. Ubiquity, 2002(December), 5.
  2. Swan, M. (2012). Sensor mania! the internet of things, wearable computing, objective metrics, and the quantified self 2.0. Journal of Sensor and Actuator networks1(3), 217-253.
  3. Whitson, J. R. (2013). Gaming the quantified self. Surveillance & Society,11(1/2), 163.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search