BoD : L’annotation d’une publication scientifique

Étape du processus de recherche

Pour moi, la lecture se déroule sur un écran (tablette électronique en e-paper). Néanmoins, j’ai développé des pratiques d’annotation lorsque je lisais encore sur papier. La description de mes astuces de notation à la main et les outils favorisent la réflexion sur leur remédiation numérique.

L’intervention à travers ses moyens sur un texte existant, constitue un travail intellectuel énorme d’appropriation des informations. Elle nous permet de personnaliser les publications pour faciliter notre compréhension, notre navigation et notre repérage. Ne serait ce que par le fait que nous avons surligné un écrit, nous savons que nous avons lu, parcouru cette information. Ainsi l’annotation a plusieurs propos.

L’objectif numéro un serait de pouvoir relever ce qui est important dans le texte. Nous allons interpréter le document, et hiérarchiser les phrases présentes en fonction de l’utilité de notre recherche. Notre travail d’annotation laisse une trace critique contextuelle. Alors, corollairement les parties surlignées varient si nous changeons de question de recherche. En conséquence, si nous lisons le même texte deux fois, séparés par une longue période de temps, nous risquons de surligner différemment.

L’objectif numéro deux consiste à créer une cartographie mentale de la lecture. Lorsque j’annote, je transforme une page quelconque en une carte de gribouillages et de couleurs unique. Prise en compte cette individualité, l’aperçu d’un fragment surligné sera suffisant pour que je m’oriente parmi le texte et au sein de toute ma bibliothèque d’articles. Alors, la notation transforme un format assez uniforme, tel que le texte scientifique, en une image. La densité d’éléments ajoutés indique l’importance des parties.

Fonctionnement :

Décrire mon usage des différents instruments d’annotation, montre les différents types de travail intellectuel réalisé. Pour comprendre comment je fais l’écriture et l’annotation d’un article scientifique je vais m’attarder sur trois outils les crayons, les surligneurs, les post-its.

Le crayon

L’usage crayon c’est pour ajouter des informations externes au texte commenté.

Le repère

Annotation à la main du texte réalisé dans une tablette en e-paper Onyx Boox note P. Sur le texte de Meunier, J.-G. (2017). ‪Humanités numériques et modélisation scientifique‪. Questions de communication, n° 31(1), p. 15

Le premier type d’information ajouté d’information est le repère : un mot avec une flèche ou n’importe quel indicateur visuel spatial. Lorsqu’il s’agit d’un mot, il jouera le rôle d’une étiquette. Même à la main j’écrirai quelque chose de l’ordre de «#quote-this», «#méthode», «#{concept}». Parfois, ce sera uniquement le signalement visuel pour indiquer le début, l’importance ou la fin d’une partie pertinente : «+++», «!», «←».

La synthèse

Le deuxième type est la synthèse de paragraphe ou des parties. Si je lis un long paragraphe, globalement intéressant, mais pas très utile alors je le résume en quelques mots. Le gribouillis écrit en glose sera désormais une paraphrase du texte. Aussi, la synthèse peut prendre forme d’un diagramme : je propose une représentation graphique qui éclaircit ce expliqué.

Le commentaire

Le troisième type est le commentaire. Mon commentaire va communiquer à moi-même ce que je pensais pendant que je lisais l’extrait. J’illustre avec quelques exemples personnels : «Ajouter à la méthodologie», «Pas d’accord : {ma raison} », «Pas compris» ou «?», «demander à…». Le commentaire peut accompagner un repère. Si je trouve dans un article la combinaison de «!» + «quote-this», je sais que non seulement le fragment devra être cité, mais aussi qu’il s’agit une des parties les plus importantes pour la recherche. Elle répond à des problématiques que j’avais depuis un moment. Finalement, ma glose pourrait exprimer ma réflexion ou la façon dont mon propre projet de recherche s’approprie la théorie expliquée. Mon appropriation réagit à des questions posées dans la publication, augmentera ce qui est expliqué grâce à d’autres lectures, ou exemplifiera la proposition théorique avec ma propre recherche.

Les marqueurs fluo

Pour comprendre la raison de surligner, nous devons penser la différence entre le texte à la fin du processus et celui vierge. Déjà, la quantité d’information surlignée est inférieure à la quantité d’information totale. Un fragment accentué doit être cohérent avec lui-même. Ainsi, logiquement ce qui est relevé est en quelque sorte un résumé des idées du paragraphe. Dans l’idéal, j’aime pouvoir reprendre tous ces segments et reconstruire le texte avec. C’est dans cette vue que je décide de surligner. Cependant, il ne me semble pas assez. Pour moi, il faut classer les informations signalées, et cela doit se faire au cours de la lecture. Deux options se présentent : utiliser les commentaires pour qualifier ce surligné, différencier directement dans la façon de quelque chose est surligné son titre d’information. Il ne s’agit de marquer des simples phrases fluorescentes, au contraire il s’agit de leur donner un rôle. J’explique cela en vous racontant pourquoi et comment j’ai commencé à classifier les mots coloriés.

Au lycée, lorsque je revisais la philosophie, je cherchais à me servir de ce que j’étudiais. On savait que, dans les dissertations, il fallait comprendre les différents concepts, savoir les définir, pouvoir les attribuer à une personne ou à une période donnée. Encore, c’était idéal de pouvoir citer des phrases célèbres telles que «cogito ergo sum». Plutôt que de hiérarchiser l’information, il s’avérait utile de la classifier. À l’université, nous faisions des examens à livre ouvert. Cela impliquait d’aller repérer parmi un tas de notes et de bouquins ces différentes sortes de données. Les questions pouvant être qu’est-ce que telle théoricienne {nom d’un auteur} disait de {concept}? Ainsi, catégoriser les informations de manière perceptible dans un coup d’œil assistait ma recherche de réponses. J’ai adopté les couleurs des surligneurs pour distinguer les classes de façon systématique et disciplinée. Je vous explique ma typologie pragmatique :

Un texte surligné à l’ordinateur Marie-Laure Ryan et Jan Thon (2015) « Introduction » du livre Storyworlds Across Média. Capture d’écran réalisé le 21 février 2020 dans l’application Play Books de Google.
Les concepts, mots-clés :

Couleur : rouge-orange, forme : carré autour du mot, étiquette : #concept

Tout terme, mot, expression, syntagme qui désigne un objet ou une idée précise doit être relevée par-dessus le reste. Comme résultat, nous regarderons des pages avec des petits fragments qui sautent aux yeux. Implicitement, nous sommes en train de créer un index. Désormais, nous pourrons traverser le texte à la recherche de termes spécifiques. Lors de la rédaction du manuscrit, notamment pour bâtir notre cadre théorique, nous pourrons naviguer à travers les textes en fonction de trouver les concepts principaux de notre théorie et les discuter.

Un texte surligné avec l’application Preview de Mac du texte dePatric Moran (2015)CYCLE OU ROMAN-SOMME ? LE CYCLE VULGATE DANS LES MANUSCRITS ET LES IMPRIMES DU XV e SIECLE. Capture d’écran réalisé le 21 février 2020 dans l’application Okulus.
Les définitions de ces concepts :

Couleur : vert, forme : Surlignement gras ou double, étiquette : #def

Souvent, tout de suite après un concept nous aurons sa définition. Nous distinguons ces deux types de données. La définition sera un énoncé ou un groupe de phrases. À l’intérieur de ces propositions, il y a peut-être plus de mots-clés. Ainsi, les vocables pourront être surlignés à la fois parmi une phrase verte et encapsulés comme terme en rouge. Procéder de cette façon dévoile la relation entre différents concepts de manière visuelle. De toute évidence, un syntagme vert ayant à l’intérieur plusieurs mots rouges sera très importante dans le texte.

Les renseignements bibliographiques ou de mémoire

Couleur : rose/violet, forme : encerclé : étiquette : #biblio

Une expression est attribué à une personne, à une date et à un papier spécifique. Ces renseignements accompagnent l’énonciation du concept. Cependant parfois le nom d’un auteur est évoqué sans nécessairement amener le mot clé. Surligner des informations comme l’écrivain ou les dates en bleu m’aide à parcourir le texte en fonction de comprendre l’évolution de la pensée d’un chercheur. Plus tard, lors de la rédaction d’une revue de littérature, je peux naviguer parmi plusieures publications, en cherchant un même auteur et son influence à travers les écrits. Un terme sera défini différemment par plusieurs savants et donc que si ce concept est associé à une personne spécifique, il aura une signification précise. Avec le code couleur, nous verrons apparaitre les relations rapidement parmi différents textes.

Annotation à la main du texte réalisé dans une tablette en e-paper Onyx Boox note P. Sur le texte de Laborderie, A. (2018). Mettre en récit les données culturelles des bibliothèques numériques : Exposition virtuelle et recherche-création. Colloque international sur les bibliothèques et archives à l’ère des humanités numériques, p. 5
Les citations :

Couleur : bleu, forme : encadre autour du segment entier, étiquette : #quote-this

Dans le domaine de la recherche, ce n’est pas suffisant de paraphraser des fragments. Il faudra retranscrire dans sa totalité des sections, que nous aurons à commenter dans notre thèse. Souvent, le lieu dans le texte où se trouve cette citation sera la partie la plus importante pour nous. Les phrases à citer dans un article scientifique établissent ce que nous avons interprété le plus utile pour notre recherche. Plus tard, lors de la rédaction du manuscrit, quand revenons sur ce texte surligné, nous pouvons aller chercher uniquement ces portions. Cela va nous rappeler notre interprétation de la publication même et nous donner une guide d’où placer ces informations dans notre thèse.

Les phrases importantes :

Couleur : Jaune, forme : souligné simple en noir, étiquette : #hl (highlight)

Finalement, il y aura quand même des informations qui ne rentrent dans aucune des autres catégories, mais qui sont aussi importantes à relever. Nous aurons des syntagmes qui sont plus pertinents que le reste du paragraphe. Elles jouent le rôle d’explication, de synthèse des parties ou encore des phrases qui vont inspirer notre pensée critique.

Enfin, pour moi surligner un papier signifie le colorier selon les cinq classes, en fonction de l’importance, mais il s’agit tout aussi bien de l’analyser et le critiquer pour encourager ma rédaction. Désormais, plus qu’un texte annoté je fabrique une couche supplémentaire : une carte synthétique de mon interprétation de celui-ci.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search