Mode d’emploi de ce carnet

À partir d’aujourd’hui…

Après plusieurs mois de travail dans mon carnet de recherche, je me suis rendu compte que ma façon de produire n’était pas réaliste. Elle n’est pas sincère et me démotive.

Je veux utiliser mon carnet de recherche comme un outil de documentation pour ma démarche en cours. Cependant, si je ne publie pas ce processus, je ne le documente pas assez. Je remarque que, en étant un blogue « savant », je me censure sur ce que je rends visible. Pour quoi? Ceci parce que je ressentais le besoin d’atteindre une certaine qualité avant de rendre mes notes accessibles. Mais, quelle est cette qualité? Des fois, je pense que mes idées ne sont pas claires. D’autres fois, je n’écris pas des phrases complètes. Encore, je fais des fiches de lecture, que je veux réviser avant de les publier. Même si ce genre d’achèvement reste désirable, je me retrouve avec des dizaines de brouillons et sans rien d’affiché dans ma page. Ceci me semble peu judicieux. Soit, dans mon cas de blogage, je préfère être active qu’être perfectionniste. Après tout, si ce n’est pas dans mon carnet de recherche alors où va tout ce contenu «en cours de pensée»?

En cours de pensée…

Dans ce sens, à partir d’aujourd’hui, je vais publier tout ce que je fais, sans importer le niveau de finition. Mon travail sera labellisé selon ce niveau de complétude pour aider les lecteurs à se repérer. En plus, j’ajouterai l’image ci-dessous :

Dessin TravailEnCours
Voici les étapes de mon travail. J’ai fait ce dessin spécialement pour ce carnet.

Ma méthode de travail est très modulaire et schématique. Elle me permet d’ordonner le VRAC de mes pensées. Par la suite à ma réflexion sur mon processus de rédaction, j’ai constaté que mon métier de sculpteure a conditionné ma démarche d’écriture. En sculpture, on commence par faire apparaître les gros volumes déterminant le mouvement et la silhouette. Puis, on retravaille la figure pour définir les formes secondaires. Finalement, le tout est raffiné pour polir certaines parties, et ajouter des textures au matériel. Ces étapes se traduisent directement dans mes «idées principales»,» réécriture» et «correction».

Les idées principales :

Codé par la couleur rouge.

Lorsque j’écris, mes idées viennent dans un flux sonore, comme une chanson, avec son propre rythme. Je note ce que j’entends dans ma tête, pour ne pas l’oublier. Malheureusement, ma vitesse de pensée dépasse celle de ma dactylographie, et en plus j’ai l’avantage/problème que je réfléchis de façon multilingue. Je parle le français, l’anglais et l’espagnol tous les jours ainsi que couramment. Les personnes qui m’entourent aussi. En conséquence, ma pensée n’a aucun gène à passer d’un à l’autre au sein d’une même phrase. Je n’ai pas des barrières entre les langues. Le passage est automatique, inaperçu. Et ce n’est pas un raccourci, au contraire, c’est une quête de précision. Dès qu’un mot s’introduit en anglais, le reste de l’idée a tendance à virer à l’anglais aussi. Lorsque j’essaye de faire une fiche de lecture en français d’un texte en anglais, le virage devient plus récurrent. Like… I mean… C’est plus agile de ne pas se soucier de la langue et se focaliser sur la structure des réflexions.

Un article en version «idées principales» sera possiblement un manuscrit multilingue, centré sur les mots-clés, par fois avec des ellipses dans les phrases et avec une construction schématique. Where there’s just a gist of thought. Cette partie se fait directement dans le navigateur, par fois avec le clavier de mon téléphone. Ceci se réalise sans un logiciel de traitement de texte et sans un correcteur de style.

Le but des idées principales est d’inscrire ma réflexion dans le format le plus agréable, le langage étant un outil d’expression et non une contrainte. Car, je me rends compte que je change essentiellement mes idées quand je réécris mes notes rapides. J’oublie ce que j’avais à dire quelque chose.

La réécriture :

Codé par la couleur jaune.

Après cette étape de mitraillette d’idées, je relis mon manuscrit. Cependant, pour cela j’ai besoin d’un écart temporel. Ainsi, je reviens vers mes idées principales, et j’entre en dialogue avec elles.

Lorsque je réfléchis sur cette base schématique, je commence à construire un texte plus amiable. Adressé à un potentiel lecteur. La structure des arguments se clarifie. Les mots-clés deviennent des phrases, les phrases des paragraphes. Par fois, j’ajoute des codes couleur pour aider mon repérage intra-article. Je groupe les idées semblables entre elles. J’enlève les redondances, je place des références bibliographiques complètes, je rappelle les numéros de page là où je les avais oubliés.

La réécriture m’amène à me questionner moi même sans me soucier encore du style de mon article. Le produit s’avère un format clair, mais avec des maladresses et moins de passages multilingues. Cette partie se fait aussi sans un logiciel de traitement de texte. Le but du billet ainsi crée est de communiquer.

La correction :

Codé par la couleur verte.

Pour moi, la réécriture peut directement entraîner la correction. Pour la correction, je passe par un logiciel de traitement de texte. Je relis mot par mot. Je ne fais plus attention aux idées, mais à la surface rédactionnelle. Je lis lentement pour trouver des erreurs, des maladresses. Je perfectionne mes paragraphes. J’édite le billet avec un style plus académique, soutenu. C’est un travail très mécanique, raison pour laquelle je me sers des algorithmes de lisibilité, des applications de traduction et de synonymes.

À cause de la division des étapes que je fais, cette partie devient extrêmement mécanique. Dans mon cas personnel, cette correction est détachée de mon esprit critique. Elle est stimulante que quand le logiciel me pointe une erreur stylistique que je ne comprends pas. Puis, soit, j’ai quelqu’un à qui demander la raison de l’erreur et j’apprends une règle ou une exception; soit, les personnes autour de moi ne peuvent pas me répondre et cela devient absolument frustrant. Sachant ces opérations, on peut imaginer pourquoi je publie peu même si je produis beaucoup.

Pour être plus claire, pour moi l’étape de correction n’est pas stimulante intellectuellement. En conséquence, je sens plus une perte de temps inévitable qu’un perfectionnement sur mes capacités d’écriture. Encore, pour des raisons plus personnelles, cette étape est devenue presque insupportable pour moi. Elle me démotive pour faire tout le reste. C’est pour cette raison que j’ai décidé de changer ma façon de gérer ce carnet.

Le but de la correction est de publier. Améliorer la qualité de rédaction pour moi aide à augmenter la crédibilité et le professionnalisme de ce que j’écris.

Les bannières

Je compte plusieurs catégories de publications. Celles-ci ne seront pas qu’étiquetées selon un mot-clé, mais aussi elles seront identifiées par une image de couverture.

Fiche de lecture (FdeL)

Lorsque je lis un livre ou un article, je fais toujours une fiche de lecture.

J’ai créé mon propre format de fiche de lecture. Elle se compose de plusieurs parties.

  • La première est un résumé synthétique et «chronologique» du texte.
  • La deuxième reprend des concepts clés définis dans le document et nécessaires pour ma thèse.
  • La troisième relève des citations par des paraphrases ou bien avec entre guillemets, avec le numéro de page. Par fois, j’ajoute une réflexion à la suite indiquée par l’indice «Ma réf».
  • La quatrième consiste à des éléments de réflexion personnelle concernant mon travail de recherche, dans certains cas, ils sont liés à des citations ponctuelles.
  • La dernière reprend les sources de la bibliographie qui semblent utiles à mon projet. Quand je le trouve nécessaire, j’ajoute aussi la raison pour laquelle le texte me paraît pertinent.

Liste de lecture vidéo

J’agrège des contenus sur YouTube.

Étant millenium et intéressée à l’édition numérique, je considère indispensable de fouiller les plateformes populaires pour trouver des contenus savants. YouTube est un de mes outils de recherche principaux. Lorsque je veux me faire une idée d’un sujet, je vais chercher des communications des chercheurs renommés dans le domaine sur la plateforme YouTube. Souvent, je repère beaucoup de contenu. Ainsi je crée des listes. Puis, je me fais des après-midi de conférence à la maison. J’organise mes découvertes en listes de lecture de vidéo.

Veille bibliographique

À certains moments de mon processus, je vais faire la veille bibliographique traditionnelle.

Je cherche aussi des informations sur plusieurs catalogues, des réseaux sociaux  savants et sur Google Scholar. Pour cela, j’écris mon ou mes mots-clés. Je relève les résultats les plus pertinents. Je consulte les résumés. J’archive ceux qui semblent utiles pour mon projet et j’évalue, par rapport à mon moment d’écriture, leur relevance dans ma liste de lecture. Selon cette relevance (évalué de + à +++), je vais les ajouter à ma liseuse. Je fais des veilles exhaustives et générales pour me placer précisément ma recherche dans mon domaine et des domaines connexes.

Possiblement, je ferais des nouvelles bannières au fur et à mesure que je ressens le besoin.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search